Année scolaire et universitaire 2020-2021 : les élèves et étudiants renouent avec les bancs

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, et celui de l’enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ont procédé au lancement de la rentrée scolaire et universitaire 2020-2021, le jeudi 1er octobre 2020 au lycée municipal Vinama-Tiemounou-Djibril de Bobo-Dioulasso dans la région des Hauts-Bassins.

En vacances depuis mars 2020 en raison de la maladie à coronavirus, les élèves du Burkina ont repris le chemin de l’école le jeudi 1er octobre 2020. Le lancement officiel de cette rentrée scolaire 2020-2021 est intervenu au lycée municipal Vinama-Tiemounou-Djibril de Bobo-Dioulasso en présence des ministres en charge de l’éducation. Sous le thème « L’école Burkinabè, symbole de la résilience face aux crises sécuritaires et sanitaires », cette rentrée scolaire, selon le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Alkassoum Maïga, est placée sous le signe de l’accomplissement. « Malgré les crises sécuritaire, sanitaire et les frondes sociales de l’année écoulée, l’on a su achever le processus avec des résultats satisfaisants en fin de compte. Il est certes vrai que les programmes n’ont pas été achevés mais tout le monde éducatif, notamment les élèves et les enseignants ont donné du sien pour engranger ces résultats qui sont nettement meilleurs que ceux de l’année scolaire 2019-2020.

Et c’est tout sereins que nous lançons les activités scolaires et académiques 2020-2021 dans l’espoir qu’avec les efforts et moyens mobilisés l’on pourra faire de cette année scolaire et universitaire une année accomplie », se convainc Alkassoum Maïga. Pour cet accomplissement, une invite a été lancée aux élèves et aux enseignants à respecter les mesures-barrières afin de freiner la propagation de la maladie à coronavirus dans les établissements scolaires et universitaires. Les élèves et étudiants, par la voix de Tata Farida Ouattara, s’engagent, à cet effet, en faisant du port des cache-nez et le lavage des mains leur arme pour booster la COVID-19 hors de l’environnement scolaire et universitaire. Pour sa part, le gouvernement, selon le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales, Stanislas Ouaro, renouvelle sa volonté de poursuivre la mission éducative malgré les multiples défis auxquels les acteurs de l’éducation font face. Ainsi, des engagements sont pris, selon Stanislas Ouaro, pour une meilleure gouvernance du système éducatif en termes de rationalisation de la gestion du personnel, d’équité dans l’allocation des ressources et de recherche permanente de la qualité.

Donner les mêmes chances d’éducation à tous les enfants du Burkina

Face au défi sécuritaire, le ministre Ouaro rassure les acteurs de l’éducation que le gouvernement mettra tout en œuvre pour assurer le droit à une éducation inclusive, équitable et accessible à tous les enfants en dépit des velléités visant à annihiler l’école. A ce propos, Tata Farida Ouattara a émis le vœu que les écoles fermées pour raison d’insécurité soient rouvertes afin de donner les mêmes chances d’éducation à tous les enfants du Burkina.

Kamélé FAYAMA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.