Commémoration du 15-Octobre Hommage au père de la Révolution

A l’occasion du 33e anniversaire de l’assassinat du président Thomas Sankara, le chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré, a rendu un hommage au père de la Révolution burkinabè, à travers un dépôt de gerbe de fleurs au Mémorial qui porte son nom, le jeudi 15 octobre 2020 à Ouagadougou.

Cela fait 33 ans, que le Burkina Faso a perdu le père de la Révolution d’août 1983, Thomas Sankara. A l’occasion de la commémoration de cet anniversaire, le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a salué la mémoire des victimes du coût d’Etat du 15 octobre 1987. A cet effet, une cérémonie de dépôt de gerbe de fleurs a été organisée, le 15 octobre 2020 sur le site de l’ancien site du Conseil de l’Entente où l’assassinat a eu lieu, à Ouagadougou. Le président Kaboré a indiqué que ce dépôt de gerbe de fleurs est un geste à la fois historique et symbolique. A l’entendre, il était normal de rendre hommage à ce digne fils qui a conduit le Burkina Faso durant quelques années. « En si peu de temps, ce qu’il a apporté comme bienfaits au niveau de notre pays a été plus que des années qu’ont fait des régimes au Burkina Faso », a confié le président Kaboré. Pour lui, Sankara a marqué l’histoire de son pays et de l’Afrique par sa conception de la véritable indépendance. Toute chose, a-t-il fait savoir, qui allie indépendance politique et économique dont l’absence constituerait un développement difficile pour les pays africains.
Cela se fait, a-t-il insisté, au prix du sacrifice individuel et collectif qu’il faut accepter pour faire avancer un pays. « Il est difficile d’effacer les traces des héros. On a beau faire, ils sont toujours présents dans l’esprit des peuples », a-t-il affirmé, avant d’ajouter que Sankara n’est pas une propriété du Burkina Faso mais celle des peuples africains.
Le président Kaboré a félicité les responsables du Comité international du Mémorial Thomas-Sankara (CIM-TS) pour leur audace et leur détermination pour arriver à construire ce mémorial. « Il faut faire en sorte que ce mémorial soit un lieu d’information sur ses œuvres et sa philosophie », a dit le chef de l’Etat. A son avis, la période de la révolution a été un moment de mobilisation et de motivation malgré les erreurs.

Jour de gloire

Pour sa part, le Secrétaire général (SG) du CIM-TS, Luc Damiba, a salué la présence des autorités à cette cérémonie qui définit l’importance accordée à la mémoire du père de la Révolution d’août 1983. Cette implication, a-t-il poursuivi, a favorisé la transmission des archives françaises sur l’assassinat du président Sankara à la justice burkinabè. De plus, M. Damiba a apprécié l’acte de baptême de l’université Ouaga II qui porte désormais le nom : Université Thomas-Sankara. Une action, a-t-il dit, qui honore le pays des Hommes intègres. Selon lui, l’illustre disparu est « une personne qui demeure immortel ». Le SG du CM-TS a plaidé pour l’adoption de textes sur les héros nationaux et la mise à disposition de ressources pour le Mémorial.
Quant au maire de Ouagadougou, Armand Béouindé, il a déclaré que le jour macabre est devenu un jour de gloire. Tout en saluant l’effort du président du Faso, il a soutenu que ce lieu où Thomas Sankara est tombé, est désormais un phare culturel pour sa ville à l’image d’autres dans le monde.

Achille ZIGANI
(Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.