Elections de 2020 et redevance des droits d’auteurs :L’ADF/RDA offre 5 millions de FCFA au BBDA

Le directeur du Bureau burkinabè des droits d’auteurs (BBDA) a reçu, le vendredi 16 octobre 2020 à Ouagadougou, le président de l’Alliance pour la démocratie et la fédération  rassemblement démocratique africain (ADF/RDA), Gilbert Noel Ouédraogo.

Après le parti du Mouvement pour le peuple et le progrès (MPP), l’Alliance pour la démocratie et la fédération  rassemblement démocratique africain (ADF/RDA) est le second parti politique à s’acquitter de la redevance des droits d’auteurs. La cérémonie de remise de chèque est intervenue dans la matinée du  vendredi 16 octobre 2020 à Ouagadougou. Le président de l’ADF/RDA, Gilbert Noel Ouédraogo, a  indiqué que ce geste d’acquittement de ses droits d’auteurs de sa  formation politique constitue un acte citoyen. Pour lui, toute personne devrait  œuvrer dans ce sens afin d’accompagner la culture. De plus, il a ajouté que le secteur culturel a une place essentielle dans son programme politique. C’est pourquoi, avant la campagne, il était  bon ton de donner l’exemple  et d’interpeller les différents acteurs politiques à emboiter le pas. Ce paiement de la redevance, a-t-il souligné, vise à encouragé  la création artistique.  Sur ce,  Gilbert Noel Ouédraogo a encouragé les responsables de l’institution pour avoir initié un tel système de collecte de fonds au profit des acteurs de la culture. A ce propos, le directeur du BBDA, Wahabou Bara  a relevé que la  question de droit d’auteur doit être résolue au plus haut niveau. Et de convenir que les politiques qui aspirent à des développements doivent prendre en compte de la question des droits d’auteurs. Car, a reconnu M. Bara, la question des droits d’auteurs est centrale. M. Bara a rassuré que les créateurs, nos sociétés puissent s’en sortir à travers les mannes de la redevance des droits. Et cela, a-t-il fait savoir, passe par une implication des personnes qui aspirent à la gestion du  pouvoir d’Etat.   La  dynamique d’un plaidoyer a été enclenchée à cet effet, en 2019 sous l’égide du conseil supérieur de la communication (CSC).  L’objectif, a-t-il déclaré,  est d’inviter les partis politiques puissent s’acquitter de la redevance des droits d’auteurs à la veille des élections présidentielles et législatives. En espérant que les autres partis puissent suivre l’exemple, le premier responsable du BBDA  a estimé qu’au-delà de cette démarche pédagogique, il y une économie du savoir qui se dégage. « La culture est l’ADN d’une nation », a-t-il laissé entendre. Selon lui,  la mise en exergue de la culture comme prioritaire est important parce que le droit d’auteur est la clé de voute d’une industrie culturelle.   Toutefois, Walib Bara a dit être optimiste pour ce qui est de l’atteinte des objectifs et que l’achèvement de ce processus nous avons foi  que tous  les candidats pourront s’acquitter des droits d’auteurs.

Achille ZIGANI(Collaborateur

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.