Parade civile et militaire à Banfora :Une belle fête, selon le président Roch Kaboré

Le Burkina Faso a célébré le 60e anniversaire de sa souveraineté nationale et internationale, le vendredi 11 décembre 2020 à Banfora, sous le thème : «Cohésion nationale et engagement patriotique pour un développement durable du Burkina Faso dans un contexte d’insécurité et de COVID-19». L’évènement majeur, la parade civile et militaire qui a drainé du monde, s’est déroulé en présence du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré.

La ville de Banfora a tenu son pari dans l’organisation des activités commémoratives du 60e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso. Le clou de la célébration, le défilé civil et militaire, s’est tenu le 11 décembre 2020 dans la Cité du paysan noir, sous la présidence du chef de l’Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré.  L’aire dédiée à la parade, sise au quartier Nafona de Banfora, a été prise d’assaut de bonne heure par des milliers de personnes venues des quatre coins du pays.  Etaient aussi de la partie, des délégations des pays voisins tels que la Côte d’Ivoire et le Mali, des membres du gouvernement et des représentants des institutions accréditées au pays des Hommes intègres. Le défilé a débuté aux environs de 9 heures 30 minutes, après l’arrivée du Président du Faso. Le décor a été planté par la présentation des traits caractéristiques de la beauté féminine des cinq groupes ethniques majoritaires de la région des Cascades. Il s’agit des Goins, des Peuhls, des Dioula, des Mossé et des Karaboro. A la suite de la prestation des troupes féminines, la fanfare de l’armée nationale a pris le relais pour annoncer le bal du défilé civil. Ainsi, des délégations du Conseil régional des Cascades, des mairies de Banfora, Sindou, et  Niangoloko, des différents ministères et de celles des 12 autres régions du pays, ont défilé tour à tour. Pour ce passage, la prestation des personnes en situation de handicap et surtout celle des majorettes ont retenu l’attention du public qui a ovationné la qualité et l’harmonie de la chorégraphie.

Les infrastructures restantes seront réalisées

La parade paramilitaire et militaire est intervenue une heure après le début de la cérémonie sous l’hymne de la fanfare de la garde républicaine. Des élèves du Prytanée militaire du Kadiogo, de l’Académie militaire Georges Namoano, de l’Ecole nationale de la gendarmerie, de l’Ecole nationale de la police, de l’Académie de police, de l’Ecole nationale des sapeurs-pompiers ont aussi émerveillé par leur talent. Le passage des troupes motorisées et de la cavalerie vêtue en tenue de Dozos a également été les moments forts du défilé. Ce 60e anniversaire de l’indépendance a tenu tout son pari, s’est réjoui le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, à la fin de la cérémonie. Même son de cloche chez le président national du comité d’organisation, le ministre d’Etat, Siméon Sawadogo. « La fête a été belle. Il y a eu des réalisations de certaines infrastructures à 100% et d’autres à 95%. La cité des forces vives est à 30%. La réalisation des infrastructures inachevées va se poursuivre » a-t-il rassuré. Le thème du 11-Décembre 2020 est «Cohésion nationale et engagement patriotique pour un développement durable du Burkina Faso dans un contexte d’insécurité et de COVID-19 ». Le chef de l’Etat a saisi la perche pour inviter les populations à respecter les gestes-barrières.

Abdoulaye BALBONE.


Le président du Faso, Roch Kaboré : « J’appelle les Burkinabè à plus de responsabilité »

 

Nous avons assisté à une belle cérémonie de la célébration  du 60e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso. Je profite remercier tous ceux et toutes celles qui ont participé à l’organisation de cette manifestation.  Le thème de cette année qui nous rassemblait autour de ce 11-Décembre intègre des questions de sécurité, de lutte contre le terrorisme, de la COVID-19, de l’inondation et de la nécessité des fils et filles de s’accorder sur l’intérêt commun qui est de défendre, de développer le Burkina Faso en faveur des Burkinabè. Il est évident qu’il n’y a jamais eu autant de masques et vous savez pourquoi. La COVID-19 n’a pas disparu du Burkina Faso et du monde entier. C’est pourquoi nous avons appelé le peuple burkinabè à plus de responsabilité. Il s’agit de nous protéger et d’éviter de contaminer les autres, de pouvoir briser la chaine de contamination.  Je voudrais dire que l’ensemble du corps médical qui travaille sur ces questions y trouvera satisfaction si nous faisons un effort.  C’est une maladie qui entraine des morts. Je profite lancer un appel à tous les Burkinabè de porter leur masque,  de garder leur distanciation, de se laver les mains, de ne pas se serrer les mains comme avant. C’est un moment difficile. Ce n’est pas dans nos cultures. Mais il faut l’accepter.

Propos recueillis par Ollo Aimé Césaire HIEN


Les à-côtés de la cérémonie

 Des embouteillages monstres

Nafona, village situé à quelques encablures de la ville de Banfora, a abrité le défilé civilo-militaire de la fête nationale du 11-Décembre à Banfora. L’accès au site de la cérémonie fut, cependant, un parcours du combattant pour les milliers de participants à la fête. En effet, une seule voie donnant accès à l’espace a été aménagée, ce qui a créé des embouteillages monstres. Malgré la présence des forces de l’ordre et de sécurité qui essayaient tant bien que mal de réguler la circulation, les usagers ont dû batailler dur pour rejoindre la ville à la fin de la cérémonie.

Les effectifs des défilants militaires réduits

Le 60e anniversaire de l’indépendance du Burkina Faso s’est tenu dans un contexte marqué particulièrement par le défi sécuritaire dans plusieurs régions du pays. Cela a amené les autorités militaires à réduire les effectifs des soldats pour le défilé, lors de la cérémonie à Banfora. Plusieurs unités de l’armée, de la gendarmerie nationale et de la police nationale que le public avait l’habitude d’admirer les pas ou les démonstrations lors des précédentes éditions, étaient absentes du défilé. Mais cela n’a pas enlevé la beauté du spectacle que le public présent dans la Cité du paysan noir a pu suivre.

Des motards de la police s’écroulent

Lors de la cérémonie officielle de célébration de la fête nationale, un incident s’est produit au moment du défilé motorisé de la police nationale. Pendant que le public admirait la démonstration des quatre flics sur la moto, un déséquilibre s’est produit à la hauteur de la tribune du chef de l’Etat, causant ainsi la chute de l’équipe. Il a fallu une intervention des éléments de sécurité qui étaient à côté pour les extirper du poids de l’engin, sous les encouragements des spectateurs à travers des applaudissements. Fort heureusement, il n’y a pas eu de blessé.

La population locale mise en marge

La fête nationale tournante du 11-Décembre mobilise à chaque édition les populations locales de la région qui abrite les festivités. Elle est une occasion pour celles-ci de suivre un défilé de grande envergure. Cependant, à la cérémonie de la célébration des 60 ans d’indépendance à Banfora, la population locale semble avoir été marginalisée. En effet, le dispositif mis en place ne permettait pas au grand public de suivre le défilé, puisqu’il a été placé au bout de l’axe. Il ne voyait les défilants que lorsque ceux-ci s’apprêtaient à rompre les rangs. Pour les prochaines éditions, il serait mieux d’améliorer le dispositif de telle sorte que la population locale puisse suivre l’intégralité du défilé.

Rassemblés par Joseph Haro.


 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.