Yacouba Savadogo, champion de la terre 2020 : « C’est bien, mais qu’on m’aide à clôturer ma forêt »

De simple paysan, Yacouba Savadogo, grâce à son action de lutte contre l’avancée du désert, est depuis le 11 décembre 2020 le champion de la terre 2020. Un prix décerné par les Nations unies pour récompenser les personnes qui agissent pour la nature.

Cette forêt est en phase de destruction à cause de la coupe abusive du bois, les feux de brousse et les constructions anarchiques.

Yacouba Savadogo, connu comme « l’homme qui a arrêté le désert » dans le Nord, est depuis le 11 décembre 2020, sacré champion de la terre 2020. Cette distinction environnementale est la plus prestigieuse décernée par les Nations unies. Elle récompense les dirigeants exceptionnels issus des gouvernements, de la société civile et du secteur privé. M. Savadogo est l’un des six lauréats annoncés en décembre 2020. Ce prix vise à encourager et à motiver davantage de personnes à agir pour la nature. Le lauréat burkinabè dit avoir appris cette nouvelle avec une grande joie. « Je suis content de savoir que mon travail est reconnu pour la 2e fois sur le plan international. Je ne peux qu’en être fier, car je suis un modèle à suivre », a-t-il exprimé.

Né en 1946 dans la province du Yatenga, région du Nord, Yacouba Savadogo a fréquenté l’école coranique au Mali avant de retourner dans son village natal pour travailler comme commerçant. Dans les années 1980, de graves sécheresses ont sévi dans la région provoquant une chute drastique des rendements agricoles. Il s’en est suivi une grave famine. Face à cette situation, Yacouba Savadogo est resté déterminé à trouver une solution. C’est alors qu’il s’est résolu à mettre en terre un plant, puis deux et ainsi il en a des milliers aujourd’hui par la technique du zaï ou du cordon pierreux. Malgré la résistance des habitants qui l’on considéré comme «un fou » au début de ses travaux, M. Savadogo a vu sa forêt incendiée. Mais il n’a jamais envisagé abandonner, a-t-il laissé entendre. Il a réussi à créer une forêt d’environ 27 ha sur des terres autrefois latéritiques et abandonnées. Aujourd’hui, il possède plus de 96 espèces d’arbres, 66 types d’herbacées et environ 40 espèces d’animaux sauvages, reconnaît-il. Il s’est engagé à arrêter le désert et il l’a fait en 51 ans.

Une relève assurée

Selon lui, la relève est assurée, car son site est devenu une école où des élèves viennent apprendre les techniques culturales. Mieux la majorité de ses enfants (27 au total) se sont engagés à suivre le même chemin que leur père. « J’ai déjà commencé à faire une forêt à Aorèma, un village de la commune de Ouahigouya », indique Lookman Savadogo, un de ses fils.

Cet agriculteur chevronné a su transformé des terres stériles en forêts dans le Nord du Burkina Faso. Aujourd’hui, Yacouba Savadogo est récompensé pour son combat contre l’avancée du désert au Sahel. Aujourd’hui le sexagénaire est victime de la coupe abusive du bois dans sa forêt. « Des personnes viennent détruire ma forêt et je reste impuissant. J’ai même informé les agents forestiers et ceux-ci sont juste venus faire le constat. Si rien n’est fait, la forêt sera détruite », déplore M. Savadogo. A cela s’ajoute la vente illicite de son site pour des lieux d’habitation. « Pour éviter tout cela, je demande aux autorités de bien vouloir me délivrer un titre foncier et de m’aider à clôturer ma forêt. Sinon, ce sera un travail de plus de cinq décennies qui sera détruit très bientôt », ajoute-t-il. En 2018, il avait reçu le prix Nobel alternatif à Stockholm en Suède.

Fleur BIRBA
fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.