Concours Franco -Fil 2020 Mariama Mamane du Burkina, lauréate

La remise des prix du concours Franco-Fil a eu lieu dans la soirée du lundi 14 décembre 2020 en direct de Ouagadougou, N’Djaména au Tchad, Kinshasa en RDC et de Paris en France. Ce prix récompense les initiatives liées à la transition énergétique l’agroéconomie raisonnable et les jeunes entrepreneurs soucieux de construire un monde plus responsable en conformité avec les objectifs du développement durable de l’ONU.

Mariama Mamane grâce à son entreprise JACIGREEN immatriculé au registre du commerce et du crédit mobilier en 2019 à Ouagadougou a remporté le prix de l’entrepreneur responsable au service de l’agroéconomie durable du concours Franco-Fil 2020. Bloquée au Niger, parce qu’elle n’a pas pu avoir les résultats de son test de la COVID-19 à temps, c’est son représentant qui a reçu le chèque de 5000 euros, environ 3 millions FCFA, lors d’une cérémonie organisée par la Chambre de commerce d’industrie et d’artisanat du Burkina Faso (CCI-BF). La lauréate a tout de même assisté à la cérémonie grâce à la magie du zoom. Très émue, elle n’avait qu’un seul mot, merci. JACIGREEN produits des biofertilisants, des biopesticides et du biogaz à base de la jacinthe d’eau, cette plante envahissante. Il s’agit de l’engrais organique liquide sous la marque JaciGrow, la fumure organique sous la marque JaciMulch et le JaciPhyto pour protéger les cultures contre les nuisibles
Le prix Franco-Fil a été organisé par la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (SEIN) et la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF) dont la CCI-BF est membre. Lancé en début 2020 sur la plateforme numérique du même nom, Il récompense les initiatives liées à la transition énergétique, l’agroéconomie raisonnable et les jeunes entrepreneurs soucieux de construire un monde plus responsable en conformité avec les objectifs du développement durable de l’ONU.
Pour le vice-président de la CCI-BF en charge des services, Sékou Oumar Doudou Doumbia, l’innovation apparaît comme un médium essentiel de la conciliation des objectifs de croissance économique et la préservation de l’environnement, a priori antagonistes. C’est pourquoi il a salué l’institution du prix Franco-Fil, car il suscite une saine émulation au sein de la jeunesse entreprenante. « Cette cérémonie représente une double symbolique pour moi. En effet, le récipiendaire est une femme et une jeune (ndlr Mme Mamane est âgée de 30 ans)», a-t-il poursuivi. Le vice-président Doumbia a souligné que la Chambre de commerce et d’industrie a pris la pleine mesure des enjeux de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes, puisque ces cibles sont inscrites en lettres d’or dans le plan stratégique de mandature 2016-2021 et la création d’un service d’appui aux jeunes et aux femmes d’affaires. Il a assuré la disponibilité de la CCI-BF à lui faire profiter de toutes les possibilités d’accompagnement pour le passage de son entreprise à grande échelle. « En plus de l’accompagnement technique, la lauréate pourra bénéficier des services de la société d’accompagnement et de financement de la nouvelle entreprise, une nouvelle société de microfinance, la participation à des activités de promotion à l’international telles que AFRICALLIA ou même de voyages d’immersion pour s’imprégner d’expériences réussies ou explorer des pistes pour répliquer son projet dans la sous-région », a précisé le directeur général de la CCI-BF, Issaka Kargougou.
Présent à la cérémonie de remise des prix, le chef du département du commerce, chargé de la tutelle technique de la CCI-BF, Harouna Kaboré, lui aussi a salué les initiateurs du prix, car il valorise, un impératif cher au gouvernement burkinabè, l’adéquation entre la croissance économique et la préservation de l’environnement.
« J’espère que son parcours et son engagement seront sources de motivation supplémentaires pour les jeunes entrepreneurs. Pour sa part, le gouvernement ne ménagera aucun effort pour accompa-gner l’entrepreneuriat des jeunes », a-t-il soutenu.
Les deux autres prix ont été décernés à Dorcas Mumbembe, promotrice de « ECO-plus », dans la catégorie pionnier et à Youssouf Ali Mbodou dans la catégorie entrepreneur responsable au service de la transition énergétique.
Les trois lauréats ont été retenus parmi les 45 candidats présélectionnés.

Nadège YE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.