Journée mondiale des légumineuses : Célébrer les vertus des céréales super-protéinées

Selon les nutritionnistes, les légumineuses détiennent une teneur élevée en protéine.

A l’occasion de la Journée mondiale de la légumineuse, le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo, a fait le bilan de la campagne agricole écoulée ainsi que les perspectives en cours, le mercredi 10 février 2021 à Ouagadougou.

La production des légumineuses doit être promue, vulgarisée et soutenue à travers la transformation et la commercialisation. C’est la vision du ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydroagricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo. Il l’a fait savoir aux journalistes au cours d’une conférence de presse, le mercredi 10 février 2021 à Ouagadougou, en marge de la Journée mondiale de la légumineuse (JML) au Burkina Faso. Le thème de cette journée est : « les légumineuses au service de systèmes alimentaires durables et d’une alimentation saine ». Par cette thématique, le gouvernement envisage de rendre plus dynamique la chaîne de valeurs des légumineuses en s’appuyant déjà sur le Programme national de développement des légumineuses (PNDL) 2019-2023.

La journée, selon le ministre de l’Agriculture, vise à mettre au goût du jour les potentialités des légumineuses. « Les légumineuses contiennent des fois plus de protéines que les autres céréales. Et c’est l’occasion pour nous de plaider pour la mobilisation de financement pour la mise en œuvre du PNDL », a dit le ministre Ouédraogo. Selon lui, six principales spéculations de légumineuses sont en vogue au pays. Il s’agit du mung bean, du niébé, de l’arachide, du soja, des lentilles locales, des pois de terre. Leur production est en hausse ces cinq dernières années selon le premier responsable du département en charge de l’agriculture.

Une situation alimentaire sous contrôle

Le ministre Salifou Ouédraogo a rassuré que des mesures sont prises pour gérer la situation alimentaire cette année.

Revenant aux résultats de la campagne agricole humide 2020-2021, le ministre, en se basant sur les données du comité de prévision de la situation alimentaire et nutritionnelle, a rassuré les populations. Il a fait état d’une production de cultures céréalières estimée à plus de 5 millions 179 tonnes, avec à la clef un excédent brut de 109 321 tonnes, soit un taux de couverture des besoins céréaliers sur le plan national de 104%. Mais, il a soutenu que le gouvernement ne va pas dormir sur ses lauriers et a mis en place un plan opérationnel de réponse et de soutien aux personnes vulnérables à l’insécurité et à la malnutrition.

Un plan jugé solide par le ministre et qui prend en compte le stockage des céréales, leur transfert des zones excédentaires vers les régions déficitaires en vue de leur redistribution à prix social sous la supervision des services étatiques. En perspectives, le gouvernement a dans son viseur, en ce qui concerne la campagne agricole 2021-2022, la production d’environ 6 millions de tonnes de céréales, 1,7 million de tonnes de produits de rente et 989 mille tonnes pour toute autre culture vivrière, a déclaré Salifou Ouédraogo. Pour réaliser cette prouesse, l’Etat dit compter sur un de ses fidèles partenaires en matière agricole, notamment l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Ainsi, son représentant-résident, Aristide Ongone Obame, a dit être prêt à accompagner sur les plans technique et financier le gouvernement burkinabè dans l’atteinte de ses objectifs que sont la transformation structurelle de l’agriculture et la résilience agraire, en vue « d’assurer à chaque enfant au moins un repas équilibré par jour ». M. Obame a également reconnu que les légumineuses sont une alternative sûre pour garantir aux populations, une sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Wanlé Gérard COULIBALY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.