Rapport mondial de suivi sur l’éducation : Les familles pauvres contraintes d’emprunter de l’argent pour la scolarité de leurs enfants

 8% des familles des pays les plus pauvres sont contraintes d’emprunter de l’argent pour financer la scolarité de leurs enfants a indiqué le nouveau rapport mondial de suivi sur l’éducation 2021.

Le nouveau Rapport mondial de suivi sur l’éducation 2021/2, présenté aujourd’hui au Forum RewirEd à Dubaï, révèle qu’à l’échelle mondiale, une famille sur six doit épargner pour acquitter les frais de scolarité, tandis que 8 % des familles de pays à revenu faible ou intermédiaire sont contraintes d’emprunter de l’argent pour financer la scolarité de leurs enfants. Dans certains pays comme l’Ouganda, Haïti, le Kenya et les Philippines, 30% des familles doivent emprunter pour financer l’éducation de leurs enfants. Le rapport appelle les gouvernements à honorer leur engagement à garantir un accès gratuit à un an d’enseignement pré-primaire et à douze ans d’enseignement primaire et secondaire pour tous.

 

De nouvelles données ont permis de constater que les coûts de l’éducation pèsent de manière disproportionnée sur les ménages dans les pays les plus pauvres. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur, les ménages assument 39 % du coût de l’éducation, le gouvernement prenant en charge le reste, contre seulement 16 % dans les pays à revenu élevé.

 

L’éducation publique a encore de nombreux coûts cachés. Environ un tiers des dépenses d’éducation des ménages dans les pays à revenu faible et intermédiaire provient des ménages ayant des enfants scolarisés dans des écoles publiques. Une analyse portant sur une centaine de pays à revenu faible ou intermédiaire entre 2009 et 2020 a révélé qu’en moyenne, 3,2 % des dépenses financières des ménages étaient consacrées à l’éducation. Au Ghana, la part des dépenses consacrées à l’éducation est non seulement la plus importante au monde, mais elle est également passée de 8,9 % en 2005/06 à 13,1 % en 2016/17. Une grande partie des coûts est due aux uniformes et aux autres fournitures scolaires, qui représentent près des deux cinquièmes du montant que les ménages consacrent à l’éducation dans 15 pays à revenu faible ou intermédiaire.

 

« Nous avons sous-estimé à quel point les familles paient encore pour l’éducation alors que, selon les gouvernements, celle-ci devrait être gratuite », déclare Manos Antoninis, directeur du Rapport mondial de suivi sur l’éducation. « En outre, l’impact de la COVID-19 a encore réduit les budgets familiaux. En conséquence, beaucoup n’ont tout simplement pas les moyens d’acquitter les frais de scolarité. Les Etats doivent se pencher de plus près sur les montants que les familles déboursent. Ils doivent s’attacher à garantir la gratuité de l’enseignement au point d’accès – et à faire en sorte que les plus pauvres ne soient pas privés d’un enseignement de qualité. »

 

Le Rapport GEM met en garde contre le fait que, sans amélioration de la réglementation, les choix en matière d’éducation privée, tels que les écoles privées ou les cours particuliers, font augmenter ces coûts pour les ménages. Si 3,2 % des dépenses des ménages sont consacrées à l’éducation en moyenne dans le monde, ce chiffre atteint 6 % dans les pays où le pourcentage d’écoles privées est élevé, comme Haïti et le Liban, et dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne, dont le Rwanda, l’Ouganda et la Zambie. Les coûts font que certaines possibilités d’éducation sont inaccessibles aux personnes défavorisées. Ainsi, alors que les ménages les plus pauvres ne déboursent pratiquement rien pour l’éducation en Argentine, au Costa Rica, aux Philippines et en Zambie, les 20% les plus riches dépensent entre 0,5% et 1,7% du PIB de leur pays.

 

De nombreux ménages paient également pour des cours particuliers de complément, notamment pendant les fermetures d’écoles, ce que beaucoup de personnes parmi les plus défavorisées ne peuvent se permettre. En Égypte, en proportion des dépenses moyennes par habitant, parmi les élèves qui suivent un enseignement secondaire général, la moitié environ était consacrée aux cours privés par les plus riches et un tiers par les plus pauvres. Au Myanmar, 42% des dépenses des ménages consacrées à l’éducation étaient affectées au soutien scolaire. Pourtant, à l’heure actuelle, près de la moitié des pays ne réglementent pas du tout cette pratique.

 

Aujourd’hui, moins de trois quarts des pays réglementent le montant des frais facturés par les écoles privées, qui contribuent à la charge supportée par les ménages. La plupart des établissements secondaires privés tirent au moins 80 % de leurs revenus des droits d’inscription dans 28 des 51 systèmes éducatifs des pays à revenu intermédiaire supérieur et à revenu élevé. Dans les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur, les parents en situation de grande précarité ont recours à diverses stratégies pour faire face aux dépenses liées aux écoles privées. Les parents les plus précaires au Kenya et dans d’autres pays à revenu faible ou à revenu intermédiaire inférieur doivent souvent se rabattre sur des écoles non homologuées et moins chères, mais dont les équipements sont souvent médiocres et l’enseignement de moins bonne qualité.

 

Recommandations :

  1. Redoubler d’efforts pour garantir l’accès gratuit et financé par des fonds publics à une année d’enseignement pré-primaire et 12 années d’enseignement primaire et secondaire.Les Etats doivent mesurer les dépenses d’éducation à l’aide d’enquêtes sur les revenus et les dépenses des ménages. En effet, les Etats ne prêtent souvent attention qu’aux seuls paiements formels. Ils détournent souvent le regard d’autres coûts moins bien documentés qui aggravent les inégalités, tels que les cours particuliers de complément. L’efficacité des politiques qui ont pour but de concentrer les ressources sur les apprenants défavorisés doit être évaluée et non présupposée.
  2. Renforcer la capacité des Etats à surveiller et à appliquer les réglementations. Les Etats doivent établir une relation de confiance avec les prestataires non étatiques, en les encourageant à se faire homologuer, en éliminant l’arbitraire des règles et en leur communiquant des incitations adaptées pour qu’ils gèrent efficacement leurs écoles dans l’intérêt des apprenants.

Source : communiqué

Global Education Monitoring (GEM) Report, UNESCO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.