Education à la vie familiale : un référentiel consensuel en vue

Le secrétariat technique chargé de l’accélération de la transition démographique tient un atelier, de consensus des parties prenantes, sur le processus d’élaboration du référentiel national de l’éducation à la vie familiale au Burkina Faso, les 20 et 21 décembre 2021, à Ouagadougou.

La Secrétaire technique, chargée de l’accélération de la transition démographique, Dr Euphrasie Adjami/Barry : « les problèmes auxquels sont confrontés les cibles exigent une réponse à la fois holistique et cohérente ».

Au Burkina Faso, la santé des adolescents et des jeunes est caractérisée, entre autres, par la précocité des rapports sexuels, une entrée précoce dans la vie féconde, une pratique de rapports sexuels à haut risque. De plus, il n’y a pas de programmes visant cette frange de la population et le système de santé n’offre pas une réponse adéquate aux besoins des adolescents en matière de santé. La mise en œuvre de stratégies efficaces à haut impact parait donc nécessaire. Parmi ces stratégies l’on peut retenir l’éducation à la vie familiale. Elle vise à renforcer les connaissances et compétences des enfants, adolescents et jeunes sur la santé sexuelle et reproductive, et les compétences de la vie courante. Dans l’optique d’entamer avec sérénité l’élaboration proprement dudit référentiel de l’Education à la vie familiale (EVF) et son guide d’utilisateur, les principales parties prenantes se réunissent en atelier, les 20 et 21 décembre 2021, à Ouagadougou. La rencontre a regroupé les partenaires techniques et financiers, ONG, associations et organisations de la société civile et les services de l’Etat du domaine concerné.

Il a pour but de faire un état des lieux du processus du référentiel national de l’EVF, établir la liste/cartographie des parties prenantes, avec des adresses claires des points focaux. En outre, il va être question d’adapter le calendrier d’élaboration du référentiel national de l’EVF. La secrétaire technique, chargée de l’accélération de la transition démographique, Dr Euphrasie Adjami Barry, présidente de la cérémonie, a exprimé sa satisfaction pour la tenue de cet atelier. « Je suis convaincue qu’avec une conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes présentes, que nous allons aboutir à un consensus vrai », a-t-elle indiqué. Ainsi, elle a invité tout le monde à participer de façon active et constructive aux échanges qui auront lieu au cours de ces deux jours d’atelier. Aussi, a-t-il remercié tous les partenaires qui les soutiennent quotidiennement dans leurs actions pour le bien-être des populations. « Chers partenaires, je vous sais toujours gré de votre engagement permanent à accompagner la Secrétaire technique chargé de l’accélération de la transition démographique dans sa noble mission », a-t-elle laissé entendre.

Effectivité des droits des jeunes

L’activité a été financée par Planned Parenthood Global (PP Global). D’après la représentante de PP Global, Fatimata Ouilma Sinaré, son institution travaille en collaboration avec les leaders sur le terrain, pour susciter les progrès innovants en matière de droits à la santé sexuelle et reproductive. Ainsi, elle a confié que c’est dans ce cadre que depuis 2015, PP Global au Burkina Faso contribue à améliorer l’effectivité des droits des jeunes en matière de santé sexuelle et de la reproduction. Elle a ajouté que dans un contexte marqué par des défis humanitaires et sanitaires, PP Global demeure persuadée que la diffusion des bonnes informations aux populations est un axe à privilégier dans la recherche de solutions. Pour ce faire, Fatimata Ouilma Sinaré a indiqué que PP Global adhère pleinement et s’engage à apporter sa contribution pour l’élaboration du référentiel national de l’éducation à la vie familiale au Burkina Faso.

Evariste YODA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.