Le ministère de la Sécurité a tenu son premier Conseil d’administration du secteur ministériel de l’année, le jeudi 21 février 2019 à Ouagadougou, sous le thème : « Enjeux de la collaboration entre populations et forces de défense et de sécurité dans un contexte de terrorisme ».

Le ministère de la Sécurité est déterminé à remonter la pente dans la lutte contre le terrorisme. Pour y arriver, le département compte sur la collaboration entre les populations et les Forces de défense et de sécurité (FDS). A cet effet, le ministère a mené une réflexion sur la problématique au cours de son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) tenu, le jeudi 21 février 2019 dans la capitale burkinabè.

Pour le ministre de la Sécurité, Ousséni Compaoré, cette collaboration est un impératif pour les deux parties de travailler ensemble dans un esprit de compréhension et d’assistance mutuelle. Cette coopération se fait souvent sans que les actions ne suivent, toute chose qui cultive la crainte des citoyens qui s’abstiennent de dénoncer. Le ministre se dit conscient de la situation, d’où la présente rencontre dont le but est de dégager des pistes de solutions d’amélioration des relations de collaboration entre populations et FDS. « Il est légitime que les populations se sentent en insécurité, car vivant parfois avec les forces du mal qui suivent leurs mouvements.

Ces malfaiteurs considèrent que dire bonjour à un policier est synonyme de donner forcement une information sur leurs activités », a reconnu M. Compaoré. C’est pourquoi, il a précisé que le plus important pour l’heure n’est pas la dénonciation, mais la recherche d’une vie en symbiose. « Lorsque nous vivons en harmonie, le policier ou le gendarme comprend automatiquement le souci du citoyen qu’il rencontre tous les jours », a fait remarquer le ministre.

Le CASEM a été aussi l’occasion de faire le bilan de l’année 2018. Le chef du département de la sécurité a félicité ses collaborateurs pour le taux de réalisation du programme d’activités de 86,61 %. En termes d’activités phares, Ousséni Compaoré a cité les constructions des infrastructures de sécurité, le taux de maillage du territoire national en service de sécurité passé de 61,14% en décembre 2017 à 65,81% en décembre 2018 et l’acquisition des moyens roulant et matériels spécifiques d’une valeur de plus de 4 milliards 381 millions francs CFA. Le ministre a, en outre, appelé son équipe à plus d’ardeur pour relever les défis de l’année en cours.

Abdoulaye BALBONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.