L’Association « Koom » pour l’auto promotion des femmes du Burkina, l’Association d’appui à l’enfance défavorisée, l’Association voix de femme et l’Association d’appui et d’éveil « Pugssada » ont procédé au lancement d’un projet commun de santé de la  reproduction. C’était ce jeudi 21 février 2019 à Ouahigouya sous la présidence de Salimata Dabal Secrétaire Général de la région du Nord représentant le Gouverneur.

En 2010, 54% de la population de notre pays avait moins de 18 ans selon l’enquête démographique de santé. Cette frange jeune de la population est confrontée à beaucoup de difficultés surtout celles liées à la santé sexuelle et reproductive. Il s’agit entre autres des sexualités et mariages précoces, les mutilations génitales, les grossesses non désirées, les avortements, les infections sexuellement transmissibles, VIH, etc.

Dans le souci donc de mettre en œuvre les actions déjà entreprises au plan national, le consortium composé des associations « Koom »,  Appui à l’enfance défavorisée, Voix de femme et  « Pugssada » ont initié avec le soutien financier du Fonds Mondial pour les femmes le « Projet de réduction de l’influence des pratiques traditionnelles néfastes à la santé des jeunes femmes et des jeunes filles dans la commune de Ouahigouya »

C’est donc un projet qui sera mis en œuvre jusqu’en juin 2019 dans les établissements et secteurs de la ville de Ouahigouya à en croire Mariam Lamizana, et Madeleine N. Ouédraogo membres du consortium.  Plusieurs thématiques en rapport avec la santé reproductive des femmes et des jeunes filles seront développées dans 10 établissements et les secteurs de la commune.  Selon Madeleine Ouédraogo, le projet aura pour cibles supplémentaires, les acteurs de l’éducation, de la société civile, des responsables coutumiers et religieux. Au regard de la pertinence du projet, Salimata Dabal Secrétaire Général de la région du Nord qui  représentait le Gouverneur Hassane Sawadogo a remercié les membres du consortium pour cette synergie d’actions. « La mise en œuvre de ce projet constitue une aubaine pour les populations d’acquérir des connaissances qui les aideront à déconstruire les stéréotypes et autres préjugés qui sont de véritables goulots limitant l’atteinte d’un bon développement » a indiqué Salimata Dabal dans son propos. Avant de déclarer  officiellement lancé le projet, la représentante du Gouverneur a exhorté les populations à adhérer au projet  et il a rassuré les membres du consortium du soutien et de l’engagement des autorités administratives pour l’atteinte des objectifs.

Philibert NIKIEMA

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.