Portefeuille de la Banque mondiale au Burkina : L’appui d’urgence passera de 50 à 100 milliards F CFA

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu successivement en audience le jeudi 28 février 2019 au palais de Kosyam, l’adjointe du sous-secrétaire d’Etat américain aux affaires africaines, Withney Waird, une délégation des régulateurs de l’audiovisuel des pays membres de l’UEMOA et le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo, Pierre Laporte.

Le chef d’Etat burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré a reçu les félicitations de la Banque mondiale pour son « leadership et la bonne conduite » de son gouvernement dans un contexte difficile. En effet, dans le cadre de sa visite habituelle dans les pays de son ressort, le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo, Pierre Laporte a exprimé ses encouragements lorsqu’il a été reçu en audience le jeudi 28 février 2019 au palais de Kosyam.

A l’entendre, le programme de la Banque mondiale au Burkina est parmi les plus puissants, en terme de performance, dans la région Afrique. « Pour cette année, on a dépassé un taux de décaissement de 30% qui est impressionnant », a indiqué M. Laporte. Le directeur des opérations a aussi annoncé que la Banque a approuvé, en décembre dernier, un projet d’urgence de 100 millions de dollars (environ 50 milliards de FCFA) pour permettre au pays de faire face aux difficultés dans les secteurs sociaux du fait de l’instabilité sécuritaire.

Et l’enveloppe de l’appui budgétaire passera de 50 à 100 millions de dollars. D’autres formes d’appuis spécifiques sont également envisagées par l’institution de Bretton Woods afin de permettre au pays d’offrir aux populations des conditions de vie normale autant que possible. Tout comme Pierre Laporte, la sous-secrétaire adjointe américaine aux affaires africaines, Withney Waird a été reçu au palais de Kosyam.

Avec le président Kaboré, les échanges ont porté sur les différents domaines de coopération entre les USA et le Burkina Faso. « Nous avons pu renouveler notre partenariat avec le Burkina Faso dans le contexte de l’opération Flintlock 2019 et dans les autres domaines de la collaboration entre nos deux pays », a déclaré Mme Waird à sa sortie d’audience.

Concernant la collaboration au plan sécuritaire, l’ambassadeur américain, David Young, qui accompagnait sa compatriote de Washington DC a rappelé que les Etats-Unis soutiennent le G5 Sahel, une structure mise en place par la région, à hauteur de 30 millions de dollars (environ 15 milliards de FCFA). « Je pense que le G5 Sahel est la bonne structure pour le combat anti-terroriste dans la sous-région, pour apporter des réponses africaines aux défis », a-t-il laissé entendre.

A leur suite, c’est une délégation de la plateforme des régulateurs de l’audiovisuel de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) qui a échangé avec le président Kaboré. Cette délégation a fait part de ses préoccupations, en termes de ressources financières et juridiques notamment, pour la bonne conduite de ses missions.

Le président de cette plateforme, Fodié Touré, par ailleurs président de la Haute autorité de la communication du Mali, a aussi souhaité que le président du Faso soit leur porte-parole auprès de ses pairs de la sous-région pour leur exprimer la nécessité pour la commission de l’UEMOA d’avoir un cadre de concertation « réel » avec la plateforme des régulateurs de l’audiovisuel de l’institution.

Le directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo, Pierre Laporte a également été reçu par le Premier ministre Christophe Joseph Marie Dabiré, dans l’après-midi du 28 février.

Fabé Mamadou OUATTARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.