Le directeur général de la coopération internationale et du développement de la commission de l’Union européenne, Stefano Manservisi, a eu une réunion de travail, le samedi 2 mars 2019 à Ouagadougou, avec les présidents des commissions de la CEDEAO, Jean-Claude Brou et de l’UEMOA, Abdallah Boureima.

Le directeur général de la coopération internationale et du développement de la commission de l’UE, Stefano Manservisi, a relevé la nécessité de renforcer l’approche intégrée développement-sécurité.

La coopération entre l’Union européenne (UE) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) est au beau fixe. Cette déclaration a été faite, le samedi 2 mars 2019 à Ouagadougou, par le directeur général de la coopération internationale et du développement de la commission de l’UE, Stefano Manservisi à l’issue d’une audience d’une heure avec les présidents des commissions de la CEDEAO, Jean-Claude Brou et de l’UEMOA, Abdallah Boureima, présents dans la capitale burkinabè pour le FESPACO.

A l’écouter, la rencontre a permis de faire le point de la collaboration entre son institution et les deux autres. «Nous sommes à un taux d’engagement de 98% du Programme indicatif régional mis en œuvre en Afrique de l’Ouest. Ce sont ainsi plus de 700 milliards F CFA qui ont été décaissés  par le Fonds européen de développement (FED)», a-t-il annoncé. Bien que jugés satisfaisants par toutes les parties, l’UE ne compte pas s’arrêter à ces résultats. D’où selon M. Manservisi, l’occasion de la réunion a été saisie pour discuter des activités à mener à court et long terme. «Nous avons immédiatement un projet de blinding et d’investissement pour lequel des discussions sont en cours, en particulier l’interconnexion électrique entre le Burkina Faso et le Ghana. Il y a aussi le projet de système portuaire du Cap Vert, l’autoroute Lagos-Abidjan comme un maillon important», a-t-il dévoilé.

Avancer avec le projet WAPIS-SIPAO

Le président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Brou, s’est réjoui du taux élevé de réalisation des activités.

Aussi, il a soutenu que l’UE apportera sa contribution au processus de réforme du système des régions qui est en cours pour plus d’efficacité. Pour ce faire, il a annoncé que son institution est prête à travailler avec la Banque d’investissement de la CEDEAO (BIDC) et la Banque ouest africaine de développement (BOAD) afin que l’ Afrique de l’Ouest ait aussi un système bancaire qui puisse travailler directement avec l’UE dans le Blinding et le système de garantie pour l’investissement privé.

«Nous avons aussi discuté du projet WAPIS-SIPAO (un projet d’interconnexion des bases de données entre polices pour permettre de traquer les criminels et les trafiquants). C’est un cadre dans lequel la région et le G5 Sahel peuvent trouver des synergies fortes. Nous avons décidé d’avancer plus rapidement car cela fait beaucoup d’années qu’on y travaille », a-t-il relevé. En attendant les avancées significatives espérées à ce niveau, le président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Brou, s’est réjoui des progrès réalisés dans les domaines des infrastructures d’interconnexion électrique, de la sécurité, des résformes institutionnels…

Le Président de la commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima, a remercié l’UE pour les investissements faits en faveur des populations.

«Globalement, la coopération est dynamique. Les choses se passent bien mais il faut faire mieux. C’est pourquoi, nous avons jeté les bases pour les prochaines rencontres et les actions à mener pour que la coopération soit plus dynamique », a-t-il informé. Pour sa part, le président de la commission de l’UEMOA, Abdallah Boureima, a relevé que la collaboration avec l’UE est bénéfique pour les populations de l’Afrique de l’Ouest.

Eliane SOME
elianesome4@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.