Lutte contre la méningite : une campagne de vaccination du 29 mars au 2 avril prochain

La direction de la protection de la santé de la population a tenu, le jeudi 21 mars 2019 à Ouagadougou, une rencontre d’information et d’échanges avec les hommes de média sur la méningite qui sévit actuellement dans les régions de l’Est et du Sud-Ouest.

Du début de l’année 2019 à ce jour, 933 cas de méningite dont 55 décès, soit un taux de létalité de 5,9%, ont été enregistrés sur l’ensemble du territoire burkinabè. Les zones les plus touchées sont le district sanitaire de Gaoua dans la région du Sud-Ouest, et celui de Diapaga à l’Est, qui sont d’ailleurs toujours en situation d’alerte. Ces informations ont été données par le ministère de la Santé à travers la Direction de la protection de la santé de la population (DPSP), le jeudi 21 mars 2019 à Ouagadougou, au cours d’une rencontre d’information et d’échanges avec la presse sur la situation épidémiologique de la méningite qui prévaut au Burkina Faso.

Selon le premier responsable de la DPSP, Dr Lionel Wilfried Ouédraogo, en termes de riposte, des investigations sont quotidiennement menées depuis trois semaines pour un recensement exhaustif des cas de méningite afin de mesurer la situation réelle de la maladie. En plus de cela, il a indiqué que les capacités des agents de santé ont été renforcées en matière de diagnostic et de prise en charge des malades. «Les médicaments qui ont été repositionnés pour la prise en charge des cas ont été également renforcés de sorte que les patients qui vont se présenter soient pris en charge rapidement. Aussi, les populations ont été davantage sensibilisées aux mesures de prévention et l’attitude à adopter quand l’on présente une situation avec un tableau de méningite», a ajouté Dr Ouédraogo.

Toutefois, il a souligné qu’actuellement l’attention est plus dirigée vers le district de Diapaga, ce, du fait qu’il y a la zone II de surveillance qui est en épidémie. «Nous avons la possibilité dans le cas de Diapaga de vacciner parce que le germe en cause de la méningite qui y sévit est un germe dont le vaccin est disponible et accessible», a éclairé le docteur. Et d’annoncer qu’une campagne de vaccination réactive y sera entamée, du 29 mars au 2 avril 2019, dans les zones 2, 3 et 4 de Diapaga, et va concerner les personnes âgées de 1 à 29 ans qui constituent 70% de la population. Le coût de l’opération, à l’en croire, est estimé à un milliard francs CFA. De son avis, l’ensemble du district de Diapaga serait ainsi immunisé contre la méningite à méningocoque A, C, W et Y pour une durée de cinq ans. Ce, étant donné que la zone I a bénéficié de la vaccination lors d’une précédente campagne, du 8 au 13 février dernier, dès les premiers cas de méningite qui ont causé 26 décès.

«Le type de germe en cause de la méningite dans la région du Sud-Ouest n’appelle pas une vaccination tout de suite mais surtout une prise en charge renforcée, précoce et correcte des cas ; doublée de surveillance afin de le contrôler», a affirmé M. Ouédraogo. La méningite est une inflammation des méninges due à une infection causée par un virus ou une bactérie. Les symptômes sont, entre autres, l’apparition brusque de fièvre, troubles neurologiques, raideur de la nuque ou nuque molle, bombement de la fontanelle (chez le nourrisson), plafonnement du regard, convulsion. «La prise en charge de la méningite est gratuite au Burkina Faso. En dehors du traitement de base avec les anti-biotiques par voie injectable, il y a un traitement complémentaire qui traite les symptômes», a précisé le chef de service de la surveillance des maladies, Issaka Yaméogo. Et d’inviter les populations à toujours se rendre dans un centre de santé, car la méningite ne peut pas être traitée à la maison.

Kadi RABO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.