Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a présidé la cérémonie de lancement des activités de la Banque agricole du Faso (BADF), le vendredi 29 mars 2019 à Ouagadougou. 15e banque du «pays des Hommes intègres», le nouveau-né est doté d’un capital de plus de 14,277 milliards F CFA.

Objet de rêves, de réclamations et de dix ans de plaidoyer du monde rural à travers la Confédération paysanne du Faso (CPF), la Banque agricole du Faso (BADF) est désormais opérationnelle. Ses activités ont été lancées, le vendredi 29 mars 2019 à Ouagadougou au cours d’une cérémonie présidée par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Siégeant dans la capitale burkinabè (zone ZACA), la 15e banque du «pays des Homme intègres» est dotée, d’après le Président du conseil d’administration (PCA), Mamadou Sérémé, de capitaux exclusivement burkinabè, s’élevant à 14 milliards 277 millions 570 mille F CFA. Elle a pour actionnaires, l’Etat burkinabè et ses démembrements, 13 organisations professionnelles agricoles, des entreprises privées et des particuliers. Au cours de la cérémonie de lancement, le PCA a indiqué que l’agriculture est le deuxième pourvoyeur de devises au Burkina Faso après l’or. «Paradoxalement, seulement 15% des producteurs bénéficient de crédits bancaires et rien que 3,5% des financements bancaires sont consacrés au secteur agricole», a-t-il déploré. Il a dit espérer que le nouvel établissement va changer la donne. Le vice-président de la CPF, Boureima Diallo, porte-parole des parrains Bassiako Dao et Mamounata Velegda, pour sa part, a invité le management de la nouvelle banque à faire en sorte que celle-ci ne soit pas réduite à sa présence dans les centres urbains, ce qui l’éloignerait progressivement de sa mission première.

La BAD ‘’assure’’ les calamités

Sur ce point, le PCA a affirmé qu’après la première agence fonctionnelle à Ouagadougou depuis le 25 février 2019, la BADF se déploiera, avec le soutien de l’Etat et des partenaires au développement, à Bobo-Dioulasso en mai prochain, puis à Dédougou en septembre et progressivement dans sur tout le territoire national. «La Banque agricole du Faso ambitionne apporter les solutions les meilleures aux besoins de financement des agriculteurs, éleveurs, artisans, acteurs de l’économie, associations féminines et PME-PMI imparfaitement satisfaits», a confié Mamadou Sérémé. Il a fait savoir que la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal assistera techniquement la BADF. L’autre soutien à la ‘’banque paysanne’’ est la Banque africaine de développement (BAD) qui l’accompagnera avec plus de 6,3 milliards F CFA destinés, d’une part, à garantir le remboursement des crédits en cas de survenance de calamités naturelles et, d’autre part, à financer un système de warrantage en vue de faciliter l’accès des petits producteurs aux services financiers. Dans son discours de lancement officiel, le ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, Lassané Kaboré, a confié que l’opérationnalisation du nouvel établissement est à la fois un aboutissement et une nouvelle étape validée parmi les nombreux défis à relever dont l’accroissement du taux de bancarisation actuellement de 20%. Il s’est réjoui des services financiers qui bénéficieront désormais à tous les producteurs qui évoluaient jusque-là en marge du système bancaire. Il a encouragé le personnel de la BADF du Burkina Faso à parvenir très rapidement à une bonne rentabilité et atteindre une taille critique dans le respect du dispositif prudentiel en vigueur à l’Union monétaire ouest-africaine (UMOA).

Jean Philibert SOME

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.