Opération «Otapuanu» 1200 CNIB offertes aux populations de l’Est

Une délégation du commandement de théâtre de l’opération «Otapuanu» a lancé, le jeudi 28 mars 2019 à Ougarou, dans le Gourma, une opération d’établissement gratuit de 1200 Cartes nationales d’identité burkinabè (CNIB), au profit des populations de la région de l’Est.

Il était 10h 35mn, ce jeudi 28 mars 2019, lorsque le cortège de la délégation du commandement de théâtre de l’opération «Otapuanu», suivi d’une dizaine de journalistes et encadré par un dispositif sécuritaire conséquent, a pénétré Ougarou, localité située à environ 70 km de Fada N’Gourma et choisie pour abriter la cérémonie de lancement de l’opération dénommée «1000 CNIB» au profit des populations de la région de l’Est. Chaleureusement accueillie par les autorités coutumières et une foule en liesse, la mission est ainsi allée acter, officiellement, le début de la campagne d’établissement gratuit de Cartes nationales d’identité burkinabè (CNIB). C’est une action civilo-militaire, menée à la faveur de l’opération «Otapuanu». Elle devra permettre d’établir 500 cartes à Ougarou, 500 à Gayéri et 200 à Pama, soit un total de 1200 pour le compte de la région de l’Est.
Après les salutations d’usage et les conseils pratiques, le colonel-major Pierre Ouédraogo, responsable des activités civilo-militaires de la Force Otapuanu, a donné le top de départ de l’opération. Tout intéressé doit d’abord montrer patte blanche avant d’accéder à la pièce dans laquelle se déroulent les procédures d’enregistrement. Ainsi, malgré l’affluence, chaque bénéficiaire est minutieusement fouillé à l’entrée de la salle. C’est une mesure sécuritaire à laquelle Aminata Sawadogo s’est soumise avant de se faire enregistrer. A sa sortie, elle a affirmé qu’à travers cette action humanitaire, les militaires lui ont retiré une épine du pied. «N’eut été cette initiative, je serais dans l’obligation de faire le déplacement de Fada N’Gourma pour avoir ma CNIB», a-t-elle souligné. Pour Saïdou Sawadogo, venu également se faire enrôler, la CNIB est un précieux sésame dans ce contexte sécuritaire délicat.

Prévenir d’éventuels désagréments

Yedifouoba Tankoano, qui n’a jamais eu la chance de détenir une pièce d’identité, fait partie des bénéficiaires de l’opération. Il est admiratif, particulièrement, des multiples efforts que consentent les Forces de défense et de sécurité (FDS) pour le bien-être des populations. «En plus de veiller à notre sécurité, elles ont eu la noble idée de mener d’autres actions sociales», a-t-il salué. En retour, le vieux Tankoano a invoqué la providence divine, afin que l’opération «Otapuanu» ramène la paix et la sécurité dans la région de l’Est. Le chef coutumier de Ougarou a exprimé sa reconnaissance à l’armée burkinabè pour toutes les actions qu’elle mène, avant de lancer un appel aux populations à sortir massivement pour se faire enrôler.
Selon le colonel-major Ouédraogo, l’opération «1000 CNIB» veut prévenir tout désagrément pendant les contrôles. «En l’absence de la CNIB, particulièrement, de nombreux Burkinabè voient leur liberté de circuler réduite, avec les tracasseries diverses et les soupçons d’appartenir à des réseaux dangereux», a-t-il expliqué. Ainsi, pour lui, la campagne a pour objectif de permettre aux «honnêtes populations de circuler librement sans avoir peur des contrôles des FDS». Par ailleurs, le responsable des activités civilo-militaires de «Otapuanu» a traduit la gratitude de la hiérarchie militaire à l’Office national d’identification (ONI) pour sa contribution technique.
Outre l’opération «1000 CNIB», d’autres actions civilo-militaires sont en cours dans la région de l’Est. Il s’agit, notamment, des services médicaux gratuits, offerts aux populations. Dans ce cadre, une équipe de spécialistes en chirurgie opère au Centre hospitalier régional (CHR) de Fada. A cela s’ajoutent, des séances de consultation gratuites, effectuées dans les Centres médicaux avec antenne chirurgicale (CMA) de Pama et de Gayeri.

Joanny SOW

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.