L’Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA) a investi, le 31 mars 2019 à Bobo-Dioulasso, son président, Me Gilbert Noël Ouédraogo, candidat à l’élection présidentielle de 2020. La cérémonie d’investiture a eu lieu au plateau omnisport de Yéguéré en présence de centaines de militants et de représentants de formations politiques amies du Burkina Faso et d’Afrique.

Le président de l’Alliance pour la démocratie et la fédération-Rassemblement démocratique africain (ADF-RDA, Me Gilbert Noël Ouédraogo est candidat à l’élection présidentielle de 2020. Il a été désigné par son parti au cours du 16e congrès ordinaire tenu le 30 mars 2019 à Bobo-Dioulasso. Pour les membres présents au congrès, ce sont notamment les qualités de rassembleur, de visionnaire, de dynamisme et d’écoute qui ont milité à son choix. Il a reçu le 31 mars dernier dans la ville de Sya le flambeau de son parti pour aller à la conquête de Kosyam en 2020. En recevant le flambeau, le candidat Gilbert Noël Ouédraogo dit mesurer l’ampleur de la tâche qui l’attend. «Dieu et les militants sont avec moi et je serai président en 2020», a-t-il lancé. Il a ajouté qu’il a accepté d’être candidat pour servir la nation et proposer quelque chose de nouveau à son peuple. «Je rêve d’un Burkina Faso uni, prospère et réconcilié avec lui-même et son histoire», a dit M. Ouédraogo. Il a alors invité les militants à se mobiliser pour la victoire de l’ADF-RDA en 2020. Le congrès qui a donné quitus pour sa candidature à l’élection présidentielle s’est déroulé sur le thème : «Repenser collectivement les pratiques politiques en vue d’une transformation profonde de la société burkinabè». Il a été marqué par le renouvellement du bureau exécutif national fort d’une soixantaine de membres et par l’adoption des motions et recommandations pour revigorer l’éléphant. L’ouverture de ce congrès a connu la présence des représentants des partis politiques de l’opposition et des délégations venues de plusieurs pays africains. A l’occasion, le président de la fédération ADF-RDA du Houet, Lassina Gondé et le secrétaire général de l’ADF-RDA, Etienne Ouédraogo ont tous salué les militants «pour la forte
mobilisation».

Les remèdes de l’ADF-RDA face aux défis actuels

Les représentants des partis politiques, Mathias Sawadogo du CDP, Hamadou Dicko de la Nafa ou Zéphirin Diabré de l’UPC ont tous loué le thème du congrès et ont apporté leur encouragement à l’ADF-RDA et à son président Gilbert Noël Ouédraogo. Les représentants des partis politiques des pays invités ont, tour à tour, pris la parole qui, pour retracer l’historique de l’ADF-RDA, qui pour soutenir et encourager le parti et son président. Celui-ci, dans son intervention, a adressé ses encouragements aux forces de défense et de sécurité pour le combat qu’elles mènent contre le terrorisme. Pour lui, le thème du congrès en dit long sur les ambitions de son parti «au-delà de la conquête du pouvoir d’Etat, notre parti demeure sensible et se sent toujours interpellé sur les grandes questions liées à la préservation de la paix sociale, à la pacification du jeu politique, à la réconciliation nationale et au respect strict des règles démocratiques de conquête du pouvoir d’Etat». Pour Gilbert Noël Ouédraogo, le parti a été éprouvé ces dernières années et il convient, selon lui «de repenser la politique, c’est-à-dire humaniser davantage les rapports politiques, abandonner les motivations étriquées pour préserver la paix sociale, aller à une véritable réconciliation nationale pour relever les grands défis du moment». Les défis, selon lui, sont énormes et l’ADF-RDA pense que le MPP, parti au pouvoir, reste impuissant face à ces défis. «Le pouvoir actuel semble pourtant balbutier, et demeure frileux et incapable devant la montée de l’incivisme, de l’insécurité, de la débâcle du système éducatif, de la fracture sociale et de la morosité économique», martèle Me Ouédraogo. A en croire son président, l’ADF-RDA dispose de remèdes au vu de ses expériences. C’est pour cela qu’il a appelé les acteurs politiques «à aller en ordre de bataille de façon concertée avec l’ensemble des forces vives de la nation et des partis politiques de l’opposition sans distinction aucune en vue de réécrire une nouvelle page de l’histoire de notre pays en sauvant des mains de ceux qui, comme des aventuriers, ont usé de la perfidie, de la calomnie ,de la délation et de la trahison pour s’accaparer du pouvoir». Hamadou Dicko de la Nafa a abondé dans le même sens. Pour lui le MPP a montré ses limites et l’opposition va reprendre la relève en 2020.

Adaman DRABO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.