La Direction générale de l’économie et de la planification a organisé, le lundi 10 juin 2019 à Ouagadougou, un atelier de validation du rapport national volontaire de mise en œuvre des Objectifs pour le développement durable (ODD).

En juillet prochain, le Burkina Faso présentera à l’Assemblée générale des Nations unies, lors d’un forum politique de haut niveau, son rapport national volontaire de mise en œuvre des Objectifs pour le développement durable (ODD). Dans le but d’avoir l’un des meilleurs documents d’évaluation, la direction générale de l’économie et de la planification a initié un atelier de validation, le lundi 10 juin 2019 dans la capitale burkinabè. Au cours des travaux, les participants composés, entre autres de l’administration publique, des organisations de la société civile, du secteur privé, des universités, des collectivités et des partenaires, vont examiner le rapport afin de le parfaire. La ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des Finances et du Développement, chargée du Budget, Edith Clémence Yaka, a souligné que l’adoption des ODD en septembre 2015 a ouvert une nouvelle ère pour l’éradication de la pauvreté, la protection de la planète et la garantie de la prospérité pour tous. Le principal défi, a-t-elle précisé, est relatif à l’internalisation de l’agenda dans les cadres nationaux de développement des Etats membres des Nations unies. «Nous avons domestiqué 16 ODD sur les 17 dans le Plan national de développement économique et social (PNDES) avec un certain nombre de cibles», a renchéri Edith Clémence Yaka. En outre, elle a fait savoir que le Burkina a défini une feuille de route avec les principales actions à mettre en œuvre. «Le bilan de la mise en œuvre est positif parce que malgré l’adversité, le Burkina a pu obtenir beaucoup d’avancées en la matière. Sur plusieurs cibles, notamment la santé avec la gratuité des soins, l’eau potable avec de nombreuses réalisations d’infrastructures, mais aussi l’énergie avec l’accroissement du taux d’électrification, des progrès ont été enregistrés», a mentionné la ministre déléguée.
La coordonnatrice du système des Nations unies au Burkina Faso, Metsi Makhetha, a félicité le pays des Hommes intègres pour avoir pris l’engagement d’évaluer la mise en œuvre des ODD. «Dans cet exercice, la question est de savoir si dans les avancées du PNDES, les principes clés qui sont le reflet d’une trajectoire allant vers un développement durable ont été respectés. Il s’agit des politiques et programmes qui se focalisent sur, à la fois le peuple, une bonne utilisation des ressources environnementales, une croissance partagée et des politiques tenant compte d’une société pacifique et tolérante», a-t-elle expliqué.
A écouter Metsi Makhetha, la présentation du rapport permettra au Burkina de voir avec les partenaires dans un cadre beaucoup plus large, les efforts supplémentaires à mener et les mécanismes pour les réorganiser et corriger les lacunes.

Joseph HARO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.