Le Centre national de transfusion sanguine(CNTS) a animé une conférence de presse dans l’après-midi du mercredi 19 juin 2019, à Ouagadougou. La directrice générale du CNTS a annoncé que l’édition 2019 de la Journée mondiale du donneur de sang sera commémorée, en différé, le samedi 22 juin prochain à Ouahigouya.

Chaque 14 juin, le monde entier commémore la Journée mondiale du donneur de sang (JMDS). Au Burkina Faso, l’édition 2019 sera célébrée, en différé, le samedi 22 juin à Ouahigouya, sous le thème : «Le don de sang et l’accès universel à des transfusions de sang sécurisé en tant qu’élément pour atteindre la couverture sanitaire universelle». C’est ce qu’a annoncé la directrice générale (DG) du Centre national de transfusion sanguine (CNTS), Dr Tégawendé Céline Alice Rosine Kiba, le mercredi 19 juin 2019 à Ouagadougou, au cours d’un point de presse. Face aux journalistes, Dr Kiba a informé que la réflexion va porter sur le thème central avec pour slogan, «du sang sécurisé pour tous». Des thématiques qui, à l’entendre, démontrent que la couverture sanitaire universelle passe nécessairement par une disponibilité permanente des produits sanguins sécurisés à travers un don régulier. C’est pourquoi, selon elle, cette célébration instituée par l’OMS vise à remercier les donneurs pour leur geste salvateur.

En rendant hommage à ceux qui se saignent pour sauver des vies, la DG du CNTS a soutenu que la transfusion de sang est un acte médical qui permet de sauver des milliers de patients souffrant de maladies mortelles.
Le directeur de la coordination scientifique, de l’information sanitaire et des statistiques du CNTS, Dr Abdoul Sawadogo, a informé qu’en en 2018, 73 172 donneurs ont été enregistrés au Burkina Faso, dont 19 846 femmes. Parmi eux, 30% sont réguliers contre 70% de donneurs occasionnels. Et pour disposer de plus en plus du «liquide précieux», cette célébration est une occasion de plus pour sensibiliser les populations sur la nécessité de faire don de leur sang pour garantir les produits sanguins au profit des patients. «L’accès au sang et aux produits sanguins sécurisés en qualité et en quantité suffisante demeure un impératif majeur dans notre pays», a soutenu la première responsable du CNTS. Une situation qui, à l’écouter, préoccupe le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Dans le PNDES, la construction des centres de transfusion sanguine est une priorité.

«Grace à l’appui de l’Etat burkinabè et du Grand-duché de Luxembourg, le CNTS est présent dans neuf régions du pays, à l’exception du Sahel, des Cascades, du Centre-Sud et du Plateau-central», a détaillé Mme Kiba. Elle a aussi confié que la ville de Ouagadougou a besoin à elle seule de 150 à 200 poches de sang par jour. Elle a rappelé qu’en 2018, sa structure a pu collecter 84 370 poches de sang et distribué 70 334 produits sanguins aux malades. Et pour disposer plus de sang, le directeur de la communication et de la promotion du sang, Louis Nana, a insisté sur les trois stratégies du CNTS. Il s’agit des actions de sensibilisation des populations, de valorisation des donneurs et de partenariats avec les acteurs sur le terrain.

Mariam OUEDRAOGO
mesmira14@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.