Le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Abdoul Karim Sango, a échangé, le jeudi 8 août 2019 à Ouagadougou, avec les acteurs de la culture et du tourisme sur les problèmes majeurs des deux secteurs.

Les premiers responsables du ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme souhaitent impliquer davantage les acteurs de la culture et du tourisme dans la conduite des politiques publiques du département. Pour ce faire, le ministre Abdoul Karim Sango a discuté, le jeudi 8 août 2019 à Ouagadougou, avec les acteurs des deux secteurs. Selon lui, la culture et le tourisme constituent des secteurs majeurs de la croissance économique. Il a indiqué, ainsi, que le gouvernement entend développer le Burkina Faso à partir de ces deux entités. Mais, a-t-il relevé, la situation nationale affecte considérablement la culture et le tourisme.
« Nous avons voulu avoir un cadre d’échanges avec les acteurs majeurs de ces secteurs en vue de partager leurs véritables préoccupations et leur indiquer aussi les contraintes du moment du gouvernement. Et nous dégagerons ensemble les mécanismes possibles pour permettre aux acteurs de ces secteurs de se maintenir », a soutenu le ministre Sango. Il a invité tous les acteurs de la culture et du tourisme à se mobiliser autour du gouvernement “comme un seul homme” pour faire face aux défis du moment. Dans une gouvernance partagée, a poursuivi Abdoul Karim Sango, il est illusoire de croire que le gouvernement peut, à lui seul, apporter des réponses aux problèmes en ignorant les acteurs du terrain. Le président de l’Association patronale des hôteliers et restaurateurs du Burkina (APHRB), Pierre Zoungrana a, au nom des acteurs de la culture et du tourisme, remercié le ministre pour cette initiative d’échanges qu’il a qualifiée de “belle”. « Nous apprécions positivement cette rencontre. C’est une première de débattre directement avec notre premier responsable », a indiqué M. Zoungrana. Il a dit avoir l’assurance qu’au sortir de ces échanges, des solutions seront trouvées à certains de leurs problèmes. Il a relevé, en effet, que la période est “difficile” pour les secteurs de la culture et du tourisme. Ces difficultés, selon lui, sont dues à l’insécurité au Burkina Faso.

Lassina BADOLO
Arnan OUATTARA
(Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.