Festival Buud-Bangré de Samba : La culture au service du développement

Le festival a été marqué par un défilé de masques.

Débutée le jeudi 30 janvier dernier dans la commune de Samba (Passoré), la 3e édition du festival Buud-Bangré a connu son épilogue, le samedi 1er février 2020, en présence du président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé.

La commune de Samba a abrité, pour la troisième fois consécutive, le festival Buud-Bangré sous le thème : « La culture au service du développement endogène ». Du 30 janvier au 1er février 2020, les festivaliers, les fils et filles de la localité et les ressortissants de Samba vivant en République de Côte d’Ivoire ont ainsi pris part à une série d’activités culturelles et traditionnelles.

Il s’agit, entre autres, de prestations de troupes traditionnelles de la commune, d’un défilé de masques et des expositions mettant en exergue les diverses potentialités de la localité. La cérémonie de clôture de l’événement a eu lieu le samedi 1er février dernier à Samba. Selon le promoteur du festival Buud-Bangré, Dr François Sawadogo, cette manifestation culturelle et annuelle a pour objectif global de promouvoir la culture et la tradition, c’est-à-dire les us et coutumes, le développement économique de Samba, et de préserver les savoirs des populations de cette partie de la province du Passoré.

«C’est un festival au cours duquel nous avons à la fois des activités sportives, et des compétitions artistiques. Nous travaillons aussi avec les jeunes en leur permettant de connaître la culture de leur terroir», a ajouté M. Sawadogo. Pour lui, le festival Buud-Bangré occupe une place centrale dans le développement socioéconomique et culturel de Samba, et l’amélioration des conditions de vie des populations, notamment à travers l’ouverture des stands d’exposition-vente des savoir-faire locaux des communautés.

Il a indiqué que la particularité de la présente édition, outre la dotation des lauréats issus des meilleures troupes traditionnelles en bons de matériel musical, est l’introduction des compétitions. « Auparavant, nous ne faisions pas de compétitions. Mais au cours de cette édition, cela est devenu une nécessité. Les meilleures troupes ont reçu du matériel de musique afin de leur permettre de vivre dignement de leur art», a-t-il déclaré. Le patron de la cérémonie, le Président de l’Assemblée nationale (PAN), Alassane Bala Sakandé a dit être venu à la cérémonie pour traduire la gratitude et la solidarité de son institution à l’endroit du promoteur.

A son avis, dans le contexte sécuritaire actuel, la jeunesse burkinabè doit s’approprier la culture dans toutes ses composantes. « Aujourd’hui, dans toutes les manifestations, nous devons donner l’exemple de telle sorte que même dans les prêches, les mariages, les baptêmes, nous prêchions la cohésion sociale, l’unité nationale, et faisions en sorte que les uns et les autres sachent que la lutte contre le terrorisme est un impératif.

Chaque occasion est donc bonne pour rappeler le vivre-ensemble, la solidarité et l’union sacrée entre les Burkinabè», a soutenu le PAN, tout en réitérant ses encouragements aux organisateurs du festival. Il a aussi souligné que l’Assemblée nationale sera toujours à leurs côtés, tant qu’il sera question de culture, d’unité, de travail pour la construction du pays et de la préservation de notre culture burkinabè.

Zezouma Elie SANOU
(AIB- Passoré)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.