Rood-wooko : une réouverture « sous haute surveillance »

Après 23 jours de fermeture à cause du coronavirus, le marché central a rouvert ses portes, le lundi 20 avril 2020. Pour les commerçants, c’est un soulagement, pourtant, la vigilance reste de mise pour les autorités, tant que la fin de la pandémie n’a pas été déclarée.

Dans la matinée du 20 avril 2020, Rood- wooko, le grand marché de Ouagadougou, a renoué avec l’effervescence qui caractérise ses abords avant l’ouverture officielle des grilles d’entrée. Après trois semaines de fermeture, décidée par la mairie, dans le but de stopper la chaîne de la propagation du COVID 19, le sentiment dominant chez la plupart des commerçants est la joie. « Nous sommes heureux de la réouverture du marché. Les mots me manquent pour exprimer ma joie. Je remercie le gouvernement », a déclaré Abdoulaye Ouédraogo, vendeur d’habits, visiblement pressé de retrouver sa boutique. Il fait partie des tout premiers commerçants à réinvestir les lieux.

Un sentiment partagé par Nana Bibata, une commerçante ambulante, venue s’approvisionner en pagnes et bijoux qu’elle revend aux alentours du marché et dans les services. « On a failli mourir de faim. Depuis la fermeture du marché, c’était la galère. Je ne vivais que de la générosité des bonnes volontés, car je n’avais plus rien. Je suis donc heureuse de la réouverture car je vais pouvoir vivre de ce que gagne », s’est-elle exclamée. A la joie de retrouver le marché se mêle tout de même une petite inquiétude comme l’exprime Ablassé Zongo, grossiste de pagnes. Pour lui, la réouverture des yaars et la levée de la quarantaine sont des mesures qui vont garantir le retour des clients à Rood-wooko et la reprise effective des affaires. « Sans nos clients habituels constitués des commerçants des petits yaars et des autres petites localités, nous risquons de nous tourner les pouces ici », a-t-il fait remarquer.

Au-delà de la joie de retrouver leurs échoppes, l’engagement des usagers à respecter les mesures édictées pour se prémunir du coronavirus est perceptible. En effet, pour accéder au marché, chacun a dû se laver les mains et arborer un masque. Des gestes qui font partie d’un paquet de mesures sanitaires et sécuritaires. Pour le Directeur général (DG) de l’Agence du développement économique urbain, Edouard Bouda, une commission de réflexion sur la réouverture de Rood- wooko coprésidée par le maire de Ouagadougou et son homologue de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso a identifié un certain nombre de règles qui s’imposent à tous. Il s’agit notamment de la réorganisation du marché de Rood-wooko, avec le traçage des lignes rouges délimitant ainsi les zones d’occupations autorisées et le sens de circulation ; de la limitation à deux personnes maximum par boutique, du déguerpissement des installations irrégulières dans les allées.

Rood-wooko, un cas d’école

Par ailleurs, la réalisation de lavabos et la mise à disposition de lave-mains équipés de savon aux différentes entrées du marché, le déploiement de 500 volontaires pour la sensibilisation au COVID-19, ainsi que la réhabilitation de la radio et la campagne de communication sur les mesures de protection vont concourir à ne pas faire du marché, un foyer de propagation de la pandémie. Le déploiement des agents de la Police municipale à l’intérieur du marché figure aussi parmi les nouvelles mesures.
A l’instar du maire de Ouagadougou, l’ensemble des personnalités présentes à la réouverture du grand marché ont exhorté les usagers à ne pas relâcher l’assiduité en ce qui concerne les mesures barrières, car c’est à cette condition que les autres marchés vont aussi rouvrir leurs portes. « Je demande à tout le monde de respecter les mesures, car il y va de la santé de tous. Votre comportement est déterminant parce qu’il va faire école pour ouvrir progressivement les autres marchés.

Il permettra bientôt de travailler à la reprise des activités de transport, des maquis et bars », a laissé entendre le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré. Le représentant des jeunes commerçants, Abdoul Rasmané Kaboré, lui, s’est dit confiant que tout ira pour le mieux, car les commerçants ont été associés à toutes les décisions. « Pour une fois, nous avons été consultés à toutes les étapes du processus pour aboutir à l’activité de ce matin, c’est pourquoi je n’ai pas d’inquiétude. Nous avons sensibilisé tout le monde et ceux qui doivent être relocalisés sur d’autres sites vont les rejoindre sans difficulté», a-t-il poursuivi.

Rood-wooko est un marché chargé symboliquement, en témoigne la polémique qui a éclaté aux premières heures de sa fermeture. Aussi, la présence de Raagnaaba Sankoglgo à la cérémonie traduit la fin des échanges tendus entre traditionalistes et républicains. Du reste, la figure du Moogho Naaba Baongho a été évoquée tout au long de la cérémonie. Tous ont été unanimes pour saluer son implication aux côtés des autres acteurs pour ce nouveau départ des activités à Rood- wooko.

Nadège YE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.