Barrage de Dawelgué : la population réhabilite l’infrastructure

La digue de la retenue d’eau Naba- Googho du village de Dawelgué dans la commune de Saponé, construite dans les années 1950, a cédé depuis 1970. Cela fait plus de 50 ans que les populations attendent sa réhabilitation. Lasses d’attendre, elles ont décidé de prendre leur destin en main en la réfectionnant, tout en souhaitant l’aide des bonnes volontés. Une visite de presse, le jeudi 7 mai 2020 sur le barrage, a permis de constater de visu le travail acharné mené par la population de la localité.

Ce jeudi 7 mai 2020 dans le lit du barrage de Dawelgué dans la commune de Saponé, on se croirait dans un chantier où les ouvriers s’attellent à finir les travaux pour raison de délai imparti. Mais il n’en est rien. Sur l’ancienne retenue d’eau, ce sont des populations de plus de 10 villages environnants, munies de pelles, de brouettes, de charrettes, de machettes, qui mènent des travaux afin de faire peau neuve au barrage dont la digue a cédé il y a plus de 50 ans. Lassent d’attendre que les autorités leur viennent en aide, elles ont décidé de prendre leur destin en main. Ainsi, organisée en petits groupes, chacune apporte sa contribution pour la réfection de l’infrastructure. « Du sable, des cailloux sauvages, de la terre, du ciment, de l’eau pour les travailleurs, d’autres agrégats, chacun y vient de plein gré avec ce qu’il a. Actuellement, la digue est presque finie, il nous reste à creuser le lit du barrage » précise un natif du village, Désiré Konseiga. Il rassure que le travail est volontaire. « C’est un acte de patriotisme que chacun manifeste pour reconstruire la retenue d’eau et c’est parfois le ventre vide que nous le faisons, n’eût été bonnes volontés qui nous offrent parfois l’eau, à boire » soutient-il. Pour l’initiateur, Issouf Compaoré, les travaux ont débuté il y a de cela 4 mois et ils ont reçu l’aide d’un fils de la commune.

« Il a mis à notre disposition, une tonne de ciment et une machine pour des travaux. A l’image de celui-ci, je souhaite vivement que de bonnes volontés se manifestent, car il reste beaucoup à faire » souligne-t-il. Selon le chef du village de Dawelgué, Naaba Boalga (Issaka Sourwèma), l’initiative est venue de la population. « Elle m’a fait la proposition d’entamer les travaux de réfection du barrage en attendant toute aide de la part des autorités, car nous avons mené beaucoup de démarches auprès des autorités politiques, administratives, pour cela, mais comme l’action tardait à venir, la population a pris la situation en main » explique le chef coutumier. Et de poursuivre qu’au lieu de la réhabilitation de ce vieil ouvrage, c’est un autre site qui a été choisi pour la construction d’un nouveau barrage parce que selon des études techniques menées, le taux de vaporisation et d’infiltration est très élevé. « Mais en entendant que l’Etat ait la possibilité de réaliser une nouvelle retenue d’eau sur le site choisi, les populations ont décidé d’entamer les travaux de leur propre initiative. C’est un bel exemple à saluer » indique M. Sourwèma.

L’aide de l’autorité attendue

Le maire de la commune de Saponé, Abdoulaye Compaoré, quant à lui, renchérit que certes, il n’y a pas encore une contribution de la mairie, mais il promet inscrire les travaux dans la ligne budgétaire. « D’ores et déjà, il va contribuer pour une tonne de ciment, car cette infrastructure réhabilitée va aider les jeunes à se fixer sur place tout en menant des activités de maraîcher-culture d’où des revenus pour subvenir au besoin de leurs familles » ajoute le maire. Pour cette action, les contributions des fils et filles de la commune sont attendues car, à entendre le chef coutumier, avec un minimum de foi, on déplace des montagnes et le constat est clair avec l’action entreprise sur le barrage de Dawelgué.

Fleur BIRBA
fleurbirba@gmail.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.