Attentat contre le convoi du président du CSC : « Je rends grâce à Dieu », Mathias Tankoano

Le président du CSC, Mathias Tankoano : « Grâce à la protection divine et à la promptitude des FDS, tous les occupants sont sortis indemnes ».

Le dimanche 12 juillet 2020, le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano, a été la cible d’une attaque perpétrée par des individus armés non identifiés qui se tenaient en embuscade à Boudiéri, localité située à mi-chemin entre Kantchari et Diapaga, dans la Tapoa (Est). Le président de l’instance de régulation des médias et ses compagnons en sont sortis indemnes.

Dans l’après-midi du dimanche 12 juillet 2020, alors qu’il revenait d’une mission privée dans la commune de Tambaga, province de la Tapoa, le convoi du président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano, a été la cible d’un attentat à la mine à Boudiéri, localité située à mi-chemin entre Kantchari et Diapaga. Des explications du premier responsable de l’instance de régulation des médias, son véhicule, avec à son bord quatre personnes, a sauté sur un engin explosif.

Un attentat aussitôt suivi, selon ses propos, de tirs en rafales venant d’individus non identifiés qui se tenaient en embuscade. Contraint de passer la nuit à Kantchari, ce n’est que ce lundi, dans la matinée, que Me Tankoano a été héliporté à Fada N’Gourma où il a pris part à deux conférences sur la cohésion sociale et la régulation du CSC en période électorale.

A l’entendre, l’attaque a été « vaillamment » repoussée par une mission mixte des Forces de défense et de sécurité (FDS) qui l’escortait. « Grâce à la protection divine et à la promptitude des FDS, tous les occupants sont sortis indemnes », a relaté M. Tankoano. Toutefois, plusieurs sources locales ont expliqué que le véhicule du président du CSC est fortement endommagé. Après cette mésaventure, Me Tankoano a exprimé sa gratitude aux FDS qui « ont prouvé qu’ils sont de vaillants combattants ».

Le véhicule du patron de l’instance nationale de régulation des médias, a été fortement endommagé après son passage sur la mine.

L’autorité en charge de l’instance de régulation des médias qui s’en était remis à la divine providence lors de cet épisode douloureux a « rendu grâce à Dieu pour ses bienfaits avant de traduire sa reconnaissance aux mânes du territoire régional de l’Est ». M.Tankoano a saisi la balle au bond pour réaffirmer la nécessité de renforcer la cohésion sociale et le vivre-ensemble dans la partie orientale du Burkina Faso.

« Les évènements que j’ai vécus hier en sont l’illustration parfaite. Pendant l’attaque, celui qui, en premier, a mis sa vie en danger pour me protéger, c’est le maréchal des logis Tamboura, un peulh musulman », confie-t-il. Dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 juillet 2020 et presqu’au même endroit, deux personnes ont été tuées après le passage de leur tricycle sur une mine artisanale, a-t-on appris de sources locales. C’est à croire que l’ennemi avait constellé cet axe d’engins explosifs avec pour cible, le président du CSC.

Sidgomdé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.