Conseil burkinabè des chargeurs: Al Hassane Siénou, élu PCA

Le ministère des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, a finalisé, le vendredi 14 août 2020 à Ouagadougou, le processus d’installation des instances dirigeantes du Conseil burkinabè des chargeurs. « A l’unanimité », Al Hassane Siénou a été élu président dudit conseil (PCA) fort de 18 membres.

Après près de deux ans de fonctionnement sans conseil d’administration du fait de discordes entre acteurs, le Conseil burkinabè des chargeurs (CBC) peut désormais sereinement envisager son avenir. En effet, « à l’unanimité » des 18 administrateurs installés le 27 avril dernier, Al Hassane Siénou a été élu président du conseil d’administration (PCA) du CBC, le vendredi 14 août 2020 à Ouagadougou. Au regard du consensus obtenu dans son élection, M. Siénou, administrateur au compte du Conseil interprofessionnel des entreprises du Faso (ex-SCIMPEX), se donne pour mission de remettre le CBC sur les rails dans la concertation mutuelle et la cohésion. « Le CBC a souffert depuis un bout de temps du manque d’un conseil d’administration. Nous allons nous mettre au travail pour convoquer dans les meilleurs délais le premier conseil d’administration qui va dégager les chantiers qui nous attendent pour rattraper le temps perdu », a-t-il soutenu. Pour le choix porté sur sa personne, Al Hassane Siénou dit mesurer l’immensité de sa responsabilité, d’où son engagement à donner le meilleur de lui-même pour relever ce challenge. Pour y arriver, il a demandé une « franche collaboration » et l’apport des expériences et compétences individuelles de tous les acteurs.

A l’ouverture des travaux, le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent Dabilgou a salué le sens de la responsabilité et le travail abattu par l’ensemble des acteurs dans tous le processus de réforme et de désignation des membres du conseil d’administration du CBC. Par ailleurs, il a rappelé la place de la structure dans le dispositif d’approvisionnement du pays en produits divers et d’exportation des produits burkinabè. « Le CBC est d’une importance capitale si nous voulons permettre à notre économie d’être compétitive », a-t-il dit. Pendant ces deux années de « vacance » du conseil d’administration, a-t-il poursuivi, le ministère a engagé des reformes en vue de l’implication effective des acteurs du secteur privé dans le fonctionnement du CBC afin qu’il soit viable. « Le CBC est désormais votre outil, c’est vous qui connaissez le mieux, les mécanismes et les partenariats d’affaires que vous nouez. Le gouvernement travaille sur les plans sécuritaires, des routes et des contrôles routiers, entre autres, pour que vous puissiez approvisionner convenablement le pays et cela nécessite un CBC dynamique, uni, fort, organisé, efficace et orienté vers les enjeux actuel du monde des affaires », a-t-il laissé entendre.

Jean-Marie TOE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.