Lutte contre la COVID-19: l’Assemblée nationale reçoit 60 000 cache-nez

L’association « Réduire les distances » a fait don de 60 000 cache-nez à l’Assemblée nationale, le lundi 21 septembre 2020, à Ouagadougou.

Jean Dionou Sié est un médecin burkinabè travaillant dans le système de santé français. Membre de l’équipe de gestion de la crise du coronavirus à Paris, il a décidé d’apporter sa contribution à la lutte contre la pandémie au Burkina Faso, à travers son association, «Réduire les distances ». C’est ainsi qu’il a fait don de 60 000 cache-nez à l’Assemblée nationale dans la matinée du lundi 21 septembre 2020, à Ouagadougou. De ce qu’il a dit, le même geste a été fait à l’endroit du ministère de la Santé, de l’Hôpital Sourou Sanou de Bobo-Dioulasso et des populations de son village. Il vise, a-t-il indiqué, à permettre aux bénéficiaires de se protéger du virus et contribuer à leur niveau, à barrer la route à la pandémie. « Les députés dans le cadre de leurs missions tiennent fréquemment des rencontres telles que les plénières au cours desquelles ils ont besoin d’être protégés au maximum pour éviter la propagation de la maladie. C’est pourquoi, nous avons décidé de leur offrir ces cache-nez », a-t-il déclaré, invitant les populations à poursuivre le respect des mesures-barrières édictées par le ministère de la Santé afin de prévenir une rechute de la pandémie. « En Afrique en général et au Burkina Faso en particulier, la maladie semble ne pas beaucoup se développer comme en Europe mais il est important de continuer à respecter les mesures-barrières», a-t-il soutenu.
Il a, en outre, traduit sa reconnaissance à l’Assistant public des hôpitaux de Paris, grâce à qui ce don a été possible. Un don salué par la 4e vice-Présidente de l’Assemblée nationale, Elyse Thiombiano, pour qui ce geste va aider la Représentation nationale lors des activités qu’elle organise au quotidien. Par exemple, a-t-elle noté, les députés viennent de rentrer de Bobo Dioulasso où ils sont allés faire le bilan de la septième législature. « Il est clair que pour toutes ces activités, nous avons besoin de cache-nez et le don de M. Sié est le bienvenu », a-t-elle lancé, invitant à son tour les populations à poursuivre le respect des mesures barrières en général et le port du cache-nez en particulier. « Ces temps-ci et précisément dans le mois de septembre, il y a eu beaucoup de contaminations au Burkina Faso alors qu’on pensait que tout était fini. C’est la preuve qu’il faut nécessairement poursuivre le respect des mesures- barrières pour éviter que la situation n’empire », a-t-elle soutenu.

Nadège YAMEOGO
Alimatou COMPAORE
(Stagiaire)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.