Elections couplées 2020 : Afrique espérance plaide le renforcement du dialogue politique

Le président de l’ONG Afrique espérance, Oyéoussi Charles Balogou (gauche), a souhaité que la classe politique burkinabè puisse consolider le dialogue politique.

Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Sankara, a reçu en audience, le jeudi 3 décembre 2020, à Ouagadougou, le président de l’ONG Afrique espérance, Oyéoussi Charles Balogoun. Celui-ci est allé remettre le rapport d’observation électorale du double scrutin du 22 novembre dernier.

L’ONG Afrique espérance a pris part à l’observation des élections présidentielle et législatives du 22 novembre 2020 au Burkina Faso. Le président de l’ONG et chef de la mission d’observation, Oyéoussi Charles Balogoun, a remis son rapport au premier vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Sankara, dans la matinée du jeudi 3 décembre 2020, à Ouagadougou. A l’instar de la plupart des missions d’observation, Afrique espérance a salué le bon déroulement du double scrutin.

« Le peuple burkinabè a fait preuve de patriotisme lors des élections. Je salue toute la classe politique qui a mis en avant l’intérêt supérieur de la nation. Je loue la hauteur d’esprit du chef de l’Etat qui a toujours privilégié le dialogue », a déclaré le président de l’ONG, Oyéoussi Charles Balogoun. A l’entendre, de toutes les élections qui se sont déroulées au cours de l’année 2020 en Afrique, celles du Burkina Faso ont été les « mieux organisées et les plus démocratiques ».

Le rapport de l’ONG Afrique espérance a mentionné comme recommandation principale le renforcement de la communication entre les partis politiques. « Il faut instituer un cadre de concertation pour éviter les écueils à l’issue des élections. Les parties prenantes au processus électoral doivent faire respecter les textes pour préserver la paix », a suggéré M. Balogoun.

Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Me Bénéwendé Sankara, a félicité les responsables d’Afrique espérance pour s’être impliqués dans l’observation des élections. « Nous prenons acte du rapport et de ses recommandations. Nous apprécions, à sa juste valeur, le constat de l’œil extérieur sur le processus électoral qui s’est fondé sur le consensus de la classe politique », a-t-il souligné.

Karim BADOLO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.