Décorations à la Présidence du Faso 1192 « serviteurs de l’Etat » distingués

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, Grand maître des Ordres burkinabè, a présidé, le samedi 5 décembre 2020, au palais de Kosyam, la cérémonie officielle de décorations annuelles. La nation a reconnu, au total, le mérite de 1192 personnes.

La traditionnelle reconnaissance de la Nation à ses filles et fils les plus méritants a été, une fois de plus, respectée. Après 978 récipiendaires l’année dernière, 1192 « serviteurs » issus du public et du privé ont vu leur mérite récompensé pour services rendus à l’Etat. La cérémonie officielle de décoration a eu lieu, le samedi 5 décembre 2020 au palais de Kosyam. Parmi le millier de personnes décorées, 589 l’ont été dans l’Ordre de l’Etalon, la distinction honorifique la plus élevée du pays. Elle est destinée à récompenser le mérite personnel et les services éminents civils ou militaires rendus à la nation. 603 travailleurs ont reçu l’Ordre du mérite burkinabè, une médaille qui récompense les personnes physiques ou morales qui se sont illustrées par leur dévouement, leur valeur professionnelle, la durée et la qualité de leurs services. Les récipiendaires ont reçu dans ces deux Ordres, des agrafes de Grand officier, de Commandeur, d’Officier et de Chevalier. Pour le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, Grand maître des Ordres burkinabè, ces distinctions visent à encourager et à saluer le travail « remarquable » des acteurs qui se sont investis « véritablement » pour le bon fonctionnement des administrations. Toutes les couches sociales (leaders politiques, gradés des forces de défense et de sécurité, acteurs de la société civile, responsables religieux et traditionnels, travailleurs, etc.), ont ainsi vu leur abnégation au travail reconnue à l’occasion de cette opération nationale de reconnaissance. Le Grand chancelier des Ordres burkinabè, le colonel à la retraite André Roch Compaoré a salué, pour sa part, l’esprit du travail bien fait qui anime les Burkinabè. Selon lui, la cérémonie officielle de décoration est une vieille tradition annuelle présidée par le chef de l’Etat. Celle-ci permet, a-t-il rappelé, à la nation entière de manifester sa reconnaissance et célébrer les mérites des Burkinabè pour leur contribution au développement du pays. Quant aux récipiendaires, ils ont témoigné leur gratitude au chef de l’Etat, et à leurs hiérarchies respectives. Ils ont, en outre, souligné que ces distinctions honorifiques, au-delà de tout aspect festif, sont une invite à mieux faire et à poursuivre les actions de développement du pays des Hommes intègres.

Wanlé Gérard
COULIBALY
Nadège YAMEOGO

……………………………………………………………………………………………………………….

Propos de récipiendaires

« C’est une invite à persévérer » : Rabankhi Abou-bâkr Zida, conseiller technique du ministre de la Communication, Chevalier de l’Ordre du mérite burkinabè :
« Ce sont des impressions de joie pour avoir vu ces mérites récompensés. C’est aussi une invite à persévérer et à faire encore plus et mieux que ce qu’on a fait jusqu’à présent. C’est le moment de remercier tous ceux qui ont œuvré à ce que cette distinction nous soit parvenue, notamment les premières autorités du ministère en charge de la communication. C’est aussi travailler à ce que d’autres qui sont méritants et qui sont dans l’ombre puissent également, dans les années à venir, bénéficier d’une décoration ».

« Je dédie cette médaille à mes collaborateurs » : Galip Somé, directeur de la communication de la Primature, chevalier de l’Ordre du mérite burkinabè :
« Cette reconnaissance de la nation, on l’a reçoit toujours avec satisfaction. Nous sommes plus de 20 millions de Burkinabè et quand on vous décerne une médaille comme celle que je viens de recevoir, on l’a reçoit avec beaucoup de satisfaction et d’humilité. Cela traduit le fait que tout ce que nous faisons depuis que nous avons intégré la Fonction publique et que nous sommes au service de la Primature est bien apprécié par la hiérarchie. Je dédie cette médaille à mes collaborateurs parce que cette distinction est le fruit de leurs efforts. Je dédie aussi cette médaille à ma famille qui m’a beaucoup soutenu ».

« Je rends grâce à Dieu » : Dr Serges Noël Ouédraogo, enseignant-chercheur à l’université Joseph-Ki-Zerbo et président de l’association Le Tocsin, chevalier de l’Ordre de l’Etalon : 
« Cela me fait 23 ans de service dans deux ordres d’enseignement que sont le secondaire et l’enseignement supérieur. J’ai aussi une dizaine d’années dans l’activisme et la société civile. Je suis très heureux que la nation m’ait jugé digne de la décoration de chevalier de l’Ordre de l’Etalon. Je rends grâce à Dieu pour l’opportunité qu’il m’a donnée de vivre. Je rends grâce à la nation entière et à tous ceux qui, de près ou de loin, ont concouru à ce que ce jour heureux arrive. Je dédie cette médaille à tous ceux que j’ai eu à enseigner, à tous ceux qui m’ont enseigné, à tous les activistes de la société civile, tous ceux qui, de façon bénévolent, agissent pour un monde meilleur et de solidarité. Je la dédie aussi aux Burkinabè de l’extérieur qui ont eu pour la première fois l’opportunité de participer à l’élection présidentielle ».

« Il ne faut jamais désespérer » : Oloh Poda, journaliste à la RTB, chevalier de l’Ordre de l’Etalon 
« On ressent toujours de l’émotion quand on voit ses efforts récompensés. Quand vous travaillez et que les hautes autorités vous distinguent, il faut dire Dieu merci car c’est une grâce. C’est une médaille que j’accueille avec beaucoup de modestie et j’encourage aussi les jeunes frères à travailler et à redoubler d’efforts. Il ne faut jamais désespérer lorsqu’on travaille. Il faut toujours avoir l’amour du travail car un jour ça va payer. Je suis donc très ému mais il faut être modeste parce que cette médaille interpelle à redoubler d’efforts, à continuer à travailler et à toujours mériter».

« Je remercie les autorités » : Elisabeth Kaboré/Kafando de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA), officier de l’Ordre du mérite burkinabè 
« Je rends grâce à Dieu pour ce privilège que j’ai eu. Je remercie les autorités. Que Dieu fasse que mes autres collèges aussi puissent bénéficier de décoration comme cela a été le cas pour moi. C’est vraiment une grâce de Dieu ».

« Cette médaille consacre 34 ans de service » : Mamadou Bénon, commandeur de l’Ordre du mérite
« Cette médaille consacre le succès de 34 ans de bons et loyaux services à la nation. C’est l’occasion pour moi de remercier le président du Faso, toute ma hiérarchie et tous mes collaborateurs parce que c’est une médaille qui consacre un ensemble d’acteurs qui ont œuvré durant tout ce temps. Je profite pour dire aux uns et autres et surtout aux plus jeunes que nous devons avant toute chose considérer notre peuple, considérer la nation entière car c’est parce que la nation existe que nous avons la possibilité de faire ce que nous devons faire. Dans ce sens, il est nécessaire qu’à chaque action, à chaque réflexion, nous mettions notre peuple en avant».

« Les personnes vivant avec un handicap sont prises en compte » : Téegawendé Dieudonné Sawadogo, président de l’Association action solidaire des personnes vivant avec un handicap, commandeur de l’Ordre du mérite
« Je suis très content d’avoir reçu cette décoration. C’est la preuve que les personnes vivant avec un handicap sont prises en compte dans les projets de développement du président du Faso. Au-delà de ma personne, c’est toute mon association qui est honorée de recevoir cette distinction. Et cela nous encourage à travailler davantage partout où nous sommes afin de participer encore plus au développement du Burkina Faso ».

« C’est une fierté » : Mafarma Sanogo, coordonnatrice du Service d’information du gouvernement (SIG), officier de l’Ordre de l’Etalon
« Je ressens beaucoup d’émotions ce soir. Mais après l’émotion, c’est cette fierté de pouvoir porter cette médaille après 33 ans au service de l’Administration publique. Porter aujourd’hui la médaille d’officier de l’Ordre de l’Etalon, c’est une fierté. On ne peut que remercier le président du Faso et son Premier ministre. Le SIG est rattaché désormais à la Primature. Nous disons merci au Premier ministre qui nous a fait confiance, qui continue de nous faire confiance et de nous orienter dans notre travail quotidien. En portant une telle médaille, toute ma famille se joint à moi pour avoir une pensée particulière pour tous les collaborateurs qui sont avec moi au quotidien pour relever les défis».

« Je suis heureuse » : Julienne Kaboré/Somé, inspectrice générale de service du ministère de la Femme, officier de l’Ordre de l’Etalon
« Je suis heureuse et je rends grâce à Dieu. Je dis merci à Mme le ministre en charge de la femme qui m’a proposée et je dédie cette médaille à toute ma famille, à tous ceux qui travaillent avec moi, à mes autorités, à ma communauté ».

Roger Nébié, délégué général du Centre national de recherche scientifique et technologique (CNRST), officier de l’Ordre de l’Etalon
« Ce sont des sentiments de fierté qui m’animent après cette distinction. C’est l’occasion pour moi de remercier toute ma hiérarchie, notamment le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation. Je dédie cette distinction au CNRST et à l’ensemble du personnel car c’est parce qu’il y a eu une synergie d’actions, un travail d’équipe que j’ai pu être remarqué par ma hiérarchie qui m’a proposé à cette distinction. Au-delà, c’est une invite à mieux faire et mettre les bouchées doubles pour ne pas décevoir la hiérarchie pour le bien du CNRST et de l’ensemble du pays ».

« C’est une invite à maintenir le cap » : Emmanuel Kaboré, DG de Projet Production solaire (PPS), commandeur de l’Ordre de l’Etalon
« C’est un sentiment de joie et de satisfaction d’avoir accompli une mission qui a été reconnue au plus haut niveau de l’Etat. Nous saluons les plus hautes autorités qui ont été attentives à ce que nous faisons dans le domaine de l’énergie solaire et dans nos œuvres sociales. Il faut dire que les distinctions honorifiques sont avant tout une invite à maintenir le cap, sinon à mieux faire. De ce fait, nous allons, dans les mois à venir donner le meilleur de nous-même afin d’apporter notre pierre à l’établissement d’un Burkina Faso fort et prospère ».

« Cela nous inspire à garder le cap » : Intendant militaire colonel-major Jean-Baptiste Parkouda, commandeur de l’Ordre de l’Etalon.
« Je suis un serviteur de l’Etat et je reçois cette reconnaissance de la nation avec modestie, avec un sentiment de devoir bien accompli. Et pour cela, nous ne pouvons que saluer le chef de l’Etat ainsi que nos supérieurs. Cela nous inspire à garder le cap, fournir plus d’efforts dans l’accomplissement de nos missions. Nous allons donc continuer à servir la nation. Je dédie cette médaille à mon défunt père, à ma mère, mes proches, mon épouse et nos enfants ainsi que l’ensemble des populations de la région du Centre-Est notamment celles de la province du Kourittenga d’où je suis originaire ».

Propos recueillis par
Nadège YAMEOGO et
Wanlé Gérard Coulibaly

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.