Production de médicaments : une usine en vue à Kokologho

L’hebdomadaire Conseil des ministres s’est tenu, le mercredi 17 février 2021, sous la présidence du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Plusieurs dossiers, dont le financement d’un projet de construction d’une pharma-pôle pour la fabrication de médicament à Kokologho, ont été examinés.

Le Burkina Faso va renforcer ses unités de production de médicament. En effet, dans le cadre de la riposte contre la maladie à coronavirus, dès son déclanchement en 2020, 15 milliards F CFA avaient été affectés au département de l’Enseignement supérieur dont 5 milliards F CFA alloués à la recherche et 10 autres pour la production de médicament. Dans cette dynamique, le Conseil des ministres, tenu, le mercredi 17 février 2021, a approuvé le financement d’une étude pour la construction d’une pharma-pôle à Kokologho. « Cette unité de production va abriter des laboratoires de fabrication de médicament », selon le ministre de la Communication et des Relations avec le Parlement, Porte-parole du gouvernement, Ousséni Tamboura.

Au cours du Conseil des ministres, le gouvernement s’est également penché sur la défense des intérêts de l’Etat, souvent astreint en justice par des particuliers. C’est pourquoi, selon M.Tamboura, au titre du ministère de l’Economie, des finances et du développement (MINIFID), le statut de l’agent judiciaire de l’Etat et des agents judiciaires adjoints a été examiné. Il s’agit, par ce décret, d’allouer des indemnités à ce personnel afin de mieux défendre, le cas échéant, les intérêts de l’Etat et de ses agents. « Sur ce point, le président du Faso a instruit le Conseil de faire le point sur le volume du contentieux de l’Etat et de ses démembrements afin de s’assurer que les intérêts de l’Etat seront très bien défendus », a-t-il précisé.

Il a été adopté, au titre de ce même département, la ratification d’un accord de prêt entre le Burkina Faso et le Fonds saoudien pour le développement. Cet accord de prêt, selon le porte-parole du gouvernement, devra permettre de financer un projet d’aménagement hydro-agricole dans la Boucle du Mouhoun, dans le cadre du pôle de croissance du Sourou. « Il s’agit d’aménager et de sécuriser 2 000 hectares de périmètre irrigués. Il comporte également un volet d’élevage intensif, de pisciculture et de culture fruitière. 8 000 emplois directs seront créés par ce projet dont le montant global est évalué à plus de 11 milliards F CFA », a-t-il précisé.

En vue du renforcement du réseau routier, un autre accord de prêt entre le gouvernement et le Fonds saoudien pour le développement a été ratifié pour le financement du projet de bitumage de la route nationale N°10 Tougan-Ouahigouya longue de 94 km à hauteur de 8 milliards F CFA. Toujours dans le secteur des Infrastructures, le porte-parole du gouvernement a indiqué qu’un projet d’aménagement de pistes rurales de 11 provinces dans 5 régions a été adopté. Il s’agit des régions du Nord, de la Boucle du Mouhoun, des Hauts- Bassins, du Plateau central et du sud-Ouest pour un délai de réalisation de 6 mois.
Au titre du ministère de la Sécurité, selon le ministre de la Communication, le conseil a adopté 8 décrets portant nomination de commissaires de police à des grades supérieurs. Ainsi, a-t-il dit, en application des textes régissant le corps de police, le conseil a approuvé la nomination de 4 inspecteurs généraux de police, 21 contrôleurs généraux, 37 commissaires divisionnaires et 84 commissaires principaux.

Soumaïla BONKOUNGOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.