Commune de Banh : Des populations se disent « abandonnées »

La population de Banh manifeste parce que leur maire aurait abandonné la commune.

Les populations du village de Banh, dans la commune du même nom, située à 75km de Titao, dans la région du Nord, ont manifesté leur ras-le-bol devant les locaux de la mairie, vidés depuis 2018, le jeudi 3 juin 2021. Elles ont dénoncé l’abandon de leur commune par le bourgmestre.

Les populations du village de Banh, située dans la région du Nord, réclament le départ du maire, Ousmane Ouermi. Elles lui reprochent d’avoir abandonné la commune et ses habitants depuis 2018. C’est pourquoi, elles ont manifesté leur ras-le-bol devant la mairie, le 3 juin 2021. Elles soutiennent également que les Volontaires pour la défense de patrie (VDP) chargés de leur défense sont abandonnés, car ils ne seraient pas assez outillés pour mener à bien leur mission. Face à cette accusation, le maire a affirmé qu’il n’en est rien. C’est pour des raisons de sécurité qu’il a quitté sa commune. « Qu’à cela ne tienne, les conseillers vivent avec eux. Ils sont à leur écoute.

Pendant les sessions tenues à Ouahigouya, ils me rendent compte des préoccupations des populations. Nous tenons toutes nos sessions, même si elles sont délocalisées. La preuve, le 4 juin 2021, nous étions en pleine session ordinaire à Ouahigouya », a-t-il précisé. En effet, à l’entendre, il n’a jamais abandonné sa commune. « Le seul bémol est qu’on manque véritablement de ressources financières pour mener certaines activités. A cause de l’insécurité, les partenaires au développement sont partis et il est difficile d’avoir des entreprises pour exécuter les marchés. Les boutiques et les marchés sont fermés. Pourtant la commune vit de la collecte des taxes », a-t-il expliqué.

Pour ce qui est du soutien des VDP, il a rassuré que le conseil s’attelle à leur venir en aide. « Avec l’adoption du budget supplémentaire très prochainement, nous pourrons faire quelque chose pour eux », a promis le maire. A cet effet, il leur demande de la patience car tout finira par rentrer dans l’ordre. « Je privilégie le dialogue en toute chose. Je suggère que les populations exposent dorénavant leurs problèmes aux conseillers de Banh centre, Amadoun Bamogo et Souleymane Zida. Ils sont à leur écoute. On finira par trouver des solutions. Sinon demander mon départ n’est pas la solution », a fait comprendre, Ousmane Ouermi.
Il a dit avoir pris note des préoccupations et compte travailler à les satisfaire pour dissiper les craintes sur sa gestion.

 Fleur BIRBA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.