Méthodes contraceptives dangereuses : L’Eglise catholique sonne l’alerte

Le Président de la commission épiscopale de la pastorale de la santé, l’évêque de Ouahigouya, Mgr Justin Kientéga (milieu) : « Les méthodes naturelles contraceptives sont à 99% efficaces ».

La Conférence épiscopale Burkina-Niger, à travers sa commission épiscopale de la pastorale de la santé a organisé, le jeudi 14 octobre 2021, à Ouagadougou, une cérémonie de dédicace d’une œuvre littéraire sur les dangers liés aux méthodes contraceptives artificielles.

Par le biais de sa commission épiscopale de la pastorale de la santé, la Conférence épiscopale Burkina-Niger attire l’attention des populations en général et celle des fidèles catholiques en particulier, sur les dangers liés aux méthodes contraceptives artificielles. Et ce, à travers une œuvre littéraire intitulée : « Les dangers pour la santé des méthodes contraceptives : une approche scientifique de la question ». La dédicace de l’ouvrage a eu lieu, le jeudi 14 octobre 2021, à Ouagadougou.

Selon l’un des présentateurs de l’ouvrage, le Père Paul Ouédraogo, ce livre est écrit dans un style simple et se lit « aisément ». A ses dires, publié dans ce mois d’octobre aux éditions Les Presses Africaines, cet ouvrage de 55 pages est structuré en trois parties. La première partie, a-t-il expliqué, aborde le déroulement normal du cycle de la femme. Le deuxième volet évoque les méthodes contraceptives et le troisième, les effets secondaires des méthodes contraceptives. Pour le Président de la commission épiscopale de la pastorale de la santé et par ailleurs évêque du diocèse de Ouahigouya, Mgr Justin Kientéga, sa structure a constaté qu’il est proposé et même distribué gratuitement des contraceptifs artificiels masculins et féminins comme solution aux grossesses précoces ou indésirées. «

Le livre intitulé « Les dangers pour la santé des méthodes contraceptives : une approche scientifique de la question » est disponible dans les paroisses au prix de 1 000 F CFA.

Dans cette propagande, il n’est nullement fait cas des échecs et des effets secondaires et néfastes pour la santé », a-t-il déploré. Pour lui, ce document qui est scientifique vient donc donner des éclairages sur les méfaits et les dangers des méthodes contraceptives mises sur le marché. « Il ne s’agit pas de la position de l’Eglise que nous voulons publier à travers ce document. Et ce n’est pas non plus la position de l’Eglise en matière de planning familial qui se trouve dans le document », a-t-il insisté.

A entendre Mgr Kientéga, un autre document viendra donner l’enseignement et les normes de l’Eglise par rapport à ces méthodes de régulation des naissances. Il a relevé que les évêques ont le devoir d’éclairer les consciences et de « dire la vérité » sur ce qui se passe. « Nous espérons que des hommes et des femmes vont s’approprier ce document », a-t-il souhaité. L’évêque du diocèse de Nouna, Mgr Joseph Sama, a indiqué que ce livre vient à point nommé pour « nous soutenir dans notre devoir de proposer et de vulgariser les méthodes naturelles pour réguler la fertilité en vue de promouvoir une maternité responsable ».

Pour le vice-président de la commission épiscopale Burkina-Niger, l’Archevêque de Koupéla, Mgr Gabriel Sayaogo, l’être humain est créé à l’image de Dieu et la vie humaine est sacrée. A l’entendre, la publication de ce document intervient après une lettre pastorale adressée aux filles et fils de l’Eglise-Famille de Dieu au Burkina Faso et au Niger. L’objet de cette lettre, a-t-il rappelé, est une promotion authentique du droit à la vie selon le dessein de Dieu. Le livre est disponible dans les paroisses au prix de 1 000 F CFA.

Timothée SOME

timothesom@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.