Pr Dieudonné Joseph Bathiebo : Le physicien « dynamique » honoré par ses pairs

Le Pr Dieudonné Bathiebo : « Il faut toujours laisser des traces avant d’aller à la retraite ».

L’Université Joseph- Ki- Zerbo a organisé, le jeudi 28 octobre 2021 à Ouagadougou, un colloque international en l’honneur du professeur Dieudonné Bathiebo.

Après 38 ans de service rendu à la nation, particulièrement dans le monde universitaire, le Pr Dieudonné Joseph Bathiebo est désormais admis à la retraite. Né le 7 mars 1956 à Ouagadougou, le « renommé » physicien, marié et père de deux enfants, auteur d’une centaine d’articles scientifi-ques a dit avoir apporter sa contribution à la formation et à l’amélioration des conditions d’études des étudiants. Pour lui témoigner leur reconnaissance, des anciens étudiants en collaboration avec les responsables de l’université Joseph-Ki-Zerbo ont organisé un colloque international en son honneur, le jeudi 28 octobre 2021 à Ouaga-dougou.

L’ancien étudiant du retraité, Sié Kam a remercié son encadreur, au nom de ses collègues, pour tous ses bienfaits.

A l’entame de la cérémonie, les invités, composés des autorités administratives, des respon-sables des associations de physique venus du Niger, du Sénégal, du Togo…, des étudiants et les parents du retraité ont suivi grâce à une projection de film, des témoignages et le parcours du Pr Bathiebo. Assistant de recherche en physique à l’Université de Ouaga-dougou de 1983 à 1991, il est, par la suite, chargé du cours de transferts thermi-ques aux étudiants inscrits pour le Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS), du génie énergétique à l’Ecole des ingénieurs de l’équipement rural.

De 1991 à 1995, il est détaché auprès de Centre régional d’énergie solaire de Bamako comme chargé de cours, de l’élaboration des program-mes de formation pour les séminaires et ateliers. De retour au bercail, il est chargé de dispenser des cours à l’Unité de formation et de recherche en Sciences exactes appliquées (UFR/SEA), à l’Université de Ouagadougou comme Maître-assistant puis Maître de conférence de physique. A partir de 2006, Pr Bathiebo crée le Laboratoire d’énergie thermique renouvelable (LETRE). Dans ce cadre de recherche, plusieurs équipes, telles que les Transferts Thermiques dans les systè-mes énergétiques (TTSE), les Sciences nucléaires appliquées (SNA), la Physique de l’atmosphère-Rayonnement-Climat (PARC)… avec des thématiques, entre autres, le séchage solaire, la valorisa-tion des matériaux locaux, l’efficacité thermique des déchets… sont développés.

Elu membre de l’académie national, ce professeur titu-laire de physique a encadré ou co-encadré une dizaine de thèses de doctorat. Parmi lesquelles, celle du directeur général de la Société nationale burkinabè d’hydrocarbures (SONABHY), Alpha Omar Dissa (2007), du président du comité d’organisation du présent colloque, Pr Sié Kam (2009), ou de la nigérienne, Amadou Oumarou Fati (2021) Rendre hommage vivant Au regard de ce dynamisme qui force l’admiration, ses anciens étudiants lui ont témoigné leur recon-naissance à travers un poème exaltant l’amour et le partage d’expériences.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Alkassoum Maïga :
« C’est important de savoir que les humains ont un minimum de reconnaissance ».

Selon le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’In-novation, Pr Alkassoum Maïga, les responsables de l’université doivent s’organi-ser pour rendre hommage aux professeurs d’une telle trempe, qui partent à la retraite. « Pour le cas de ce professeur, il a consacré 38 ans de sa vie à former des cadres à l’université. Pour un homme, c’est important de savoir que les humains ont un minimum de reconnaissance par rapport à ce qu’il a fait », a-t-il souligné. De ses dires, il est essentiel de rendre hommage aux personnes pendant qu’elles sont toujours en vie.

Les thématiques sur lesquels le Pr Bathiebo a travaillé servent le Burkina Faso et au-delà des frontières, a-t-il fait savoir. Il a, en effet, souhaité au physicien de continuer à soutenir les jeunes enseignants en année de thèse et de Master. Dans ce sens, le président du comité d’organisation, Pr Sié Kam a indiqué que son professeur est un homme « total » sur les plans académique et social. C’est pourquoi, toutes les équipes de son laboratoire, se sont réunies pour lui rendre hommage. Tout en se réjouissant de cette reconnaissance, le Pr Bathiebo s’est dit satisfait de former des docteurs qui vont prendre la relève.

Oumarou RABO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.