Transmission mère-enfant du VIH/SIDA : Des bébés testés « négatifs » dans trois districts

La chargée du projet eTME du VIH, Mariam Lankoandé : « Tous les acteurs doivent se tenir main dans la main pour pouvoir toucher la cible».

Plan Burkina, bureau du Centre-Est, et la direction régionale de la Santé ont fait, le 11 novembre 2021 à Tenkodogo, le bilan de la mise en œuvre du projet « Elimination de la transmission-mère-enfant du VIH ».

Le rêve de Plan Burkina, bureau du Centre-Est, est de voir des enfants nés indemnes de mères séropositives. En effet, le bilan annuel du projet « Elimination de la transmission mère-enfant(eTME) du VIH », mis en œuvre dans les districts sanitaires de Koupèla, Pouytenga et Garango et dont les résultats ont été présentés, le jeudi 11 novembre 2021 à Tenkodogo, indique qu’aucun enfant n’a été testé positif bien que né de mère porteuse de VIH/SIDA.

Pour maintenir le cap, les participants à cet atelier ont recommandé, entre autres, l’amélioration du suivi couple mère-enfant, la sensibilisation des hommes pour améliorer le dépistage des femmes enceintes et leurs partenaires sur le terrain. « Tous les acteurs doivent se tenir main dans la main pour pouvoir toucher cette cible afin d’avoir leur adhésion effective au dépistage du VIH », a déclaré la coordonnatrice Santé à Plan Burkina, bureau du Centre Est, en charge du projet eTME du VIH, Mariam Lankoandé. Pour elle, le bilan est satisfaisant parce qu’il y a une amélioration des indicateurs.

« Tous les enfants nés de mères séropositives ont été testés négatifs dans les trois districts

Le représentant du directeur régional de la Santé du Centre-Est, Dr Saïdou Madi Bagagnan, a souhaité le maillage du territoire régional.

sanitaires », s’est-elle réjouie. Selon le représentant du directeur régional de la Santé du Centre-Est, Dr Saïdou Madi Bagagnan, la lutte contre le VIH, problème de santé publique, est prise à bras le corps par l’Etat, les associations et les organisations non gouvernemen- tales dont Plan Burkina, bureau du Centre-Est, qui s’investit beaucoup dans la région.

Il a salué l’appui de ce partenaire qui, d’après lui, a permis d’avoir des intrants pour la lutte contre le VIH, notamment du matériel de dépistage, de prise en charge ou le renforcement de la communication. Il a ajouté que les interventions de Plan Burkina ont contribué à améliorer les indicateurs en ce sens qu’elles ont permis un bon déroulement des grossesses des femmes infectées par le VIH et la naissance d’enfants indemnes de cette pathologie.

Dr Bagagnan a promis pérenniser les acquis de ce projet qui s’achève en 2021 et a plaidé pour le maillage du territoire régional lors des prochaines phases de cette initiative de Plan Burkina.

Anselme KAMBIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.