Santé de la reproduction : l’AJC/PD interpelle sur les risques lors des évènements d’envergure nationale

L’Association des journalistes et communicateurs en population et développement (AJC/PD) a organisé, du 2 au 4 décembre 2021 à Ziniaré dans le Plateau central, un atelier de formation intitulé « Zéro cas de grossesse non désirée pendant les fêtes de fin d’année et celle de l’indépendance à Ziniaré » au profit de 20 journalistes des régions du Centre, Centre-est, Centre-ouest, Centre-nord, Nord et du Plateau central.

Le pari est énorme, à la hauteur de l’enjeu que constitue la santé sexuelle et reproductive des populations. Mais l’Association des journalistes et communicateurs en population et développement (AJC/PD) ambitionne de le relever à travers la sensibilisation et le plaidoyer. Elle veut réduire le nombre de grossesses non désirées lors de la fête de l’indépendance à Ziniaré et des fêtes de fin d’année.

Travaux groupe 2

Dans le cadre de cet objectif, l’AJC/PD a réuni les 2, 3 et 4 décembre 2021 à Ziniaré, 20 journalistes de la région du Plateau central et des régions voisines (Centre, Centre-est, Centre-ouest, Centre-nord, Nord) pour un atelier de formation intitulé « Zéro cas de grossesse non désirée pendant les fêtes de fin d’année et celle de l’indépendance à Ziniaré ». La session a consisté en la présentation de plusieurs modules relatifs à la santé de la reproduction des adolescents et des jeunes, aux grossesses en milieu scolaire et à la stratégie d’élaboration de belles histoires susceptibles d’impacter.

L’une des communications a porté par exemple sur le lien entre événements nationaux et santé de la reproduction et a été développée par le secrétaire exécutif du Réseau africain jeunesse santé et développement au Burkina Faso (RAJS/BF), Joseph Bélélé Ido. Le leader d’OSC a expliqué que les manifestations d’envergure attirent un nombre important et diversifié d’acteurs au point se servir de cadre pour du tourisme sexuel, des partenariats sexuels occasionnels et à risques, et d’enregistrer des cas d’abus et de violences sexuelles. C’est dans cette mesure que les événements d’envergure (11-décembre, SIAO, FESPACO, SNC…) constituent des obstacles à la santé de la reproduction, a-t-il observé. « Malheureusement le volet santé de la reproduction n’est pas pris en compte dans la préparation et l’organisation des événements nationaux », a déploré M. Ido. D’où son plaidoyer pour la prise en compte et le financement du volet santé sexuelle et reproductive dans le paquet minimum des activités liées aux évènements d’envergure.

Travaux de groupe 1

Les journalistes-participants ont aussi effectué des sorties terrain dans le centre de santé et de promotion sociale et le centre de santé pour jeunes de Ziniaré où ils ont recueilli des informations relatives à l’offre de soin en matière de santé de la reproduction au profit des adolescents et jeunes.

Le coordonnateur national de l’AJC/PD, Boureima Sanga, s’est réjoui de la tenue de cette session de formation et a traduit sa reconnaissance à l’ONG PPGlobal, le partenaire de l’AJC/PD dans l’organisation de l’atelier qui s’inscrit, a-t-il dit, dans le cadre du projet « Voix pour la santé » mis en œuvre avec d’autres acteurs. « Les évènements nationaux sont le lieu de concentration de milliers d’individus et donc d’interaction sociale avec pour corollaire les risques inhérents en terme de sexualité non responsable, il était important que les journalistes soient outillés afin de mener la sensibilisation et le plaidoyer à travers la production de reportages, enquêtes, magazines… », a expliqué Boureima Sanga.

Mamadou OUATTARA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.