Gendarmerie nationale : le lieutenant-colonel Evrard Somda aux commandes

Le lieutenant-colonel Evrard Somda a été officiellement installé dans ses fonctions de chef d’état-major de la Gendarmerie nationale du Burkina, le vendredi 11 février 2022, à Ouagadougou.

La Gendarmerie nationale du Burkina a un nouveau chef d’état-major. Il s’agit du lieutenant-colonel Evrard Somda, nommé par décret le 2 février 2022 en remplacement du colonel-major Omer Bambara. La cérémonie de passation de commandement s’est déroulée dans la matinée du vendredi 11 février 2022, à Ouagadougou, sous la présidence du chef d’état-major général des armées, colonel-major David Kabré. Dans son allocution, Evrard Somda a eu une pensée pour ses frères d’armes tombés sur le champ de bataille contre l’hydre terroriste. Il les a rassurés que leur sacrifice ne sera pas vain, car il œuvrera à ce que leur sang versé ‘’ fertilise la lutte héroïque ‘’ contre les forces du mal. Mais, pour gagner cette bataille, il a reconnu qu’une réorganisation de la Gendarmerie nationale s’impose afin de la rendre plus opérationnelle. Selon lui, l’ancrage institutionnel actuel de l’institution est préjudiciable à la sécurité et à la défense nationale. Il en veut pour preuve les dysfonctionnements constatés lors de la dernière attaque d’Inata qui rappelle « l’urgence de donner l’autonomie nécessaire » à l’’institution pour plus d’efficacité.

Par cet acte, l’officier a officiellement pris les rênes de la Gendarmerie nationale.

Dans l’optique de réorganisation de la gendarmerie, le lieutenant-colonel Somda entend dynamiser les unités et sous-unités de police judiciaire et techniques dédiées aux investigations en matière de corruption, de fraude, de crimes économiques et de trafics divers. Toute chose qui contribuera, foi du nouveau chef d’état-major, d’assécher les sources de financement du terrorisme. En sus, il a promis de renforcer le service social de la gendarmerie en vue d’une meilleure assistance psychologique des hommes engagés sur les théâtres d’opérations et un meilleur accompagnement des blessés. « Nous allons également renforcer et moderniser nos infrastructures de formation et d’entrainement », a-t-il annoncé. Conjuguer les efforts Pour Evrard Somda, le rôle de la gendarmerie, dans la nouvelle stratégie de lutte contre le terrorisme, est très grand. « En tant que gendarme, nous sommes des gens d’armes, c’est-à-dire des gens armés disséminés au sein des populations pour les protéger et les servir », a-t-il déclaré avant de promettre que son institution mettra tous les moyens en œuvre pour jouer pleinement sa partition dans la guerre contre les forces du mal. Pour ce faire, il a appelé ses collaborateurs à faire montre d’une cohésion interne indéfectible en se soudant autour de l’essentiel qui est la sauvegarde du peuple et la refondation de la Nation. Mais, même avec une forte cohésion interne, le premier responsable de la gendarmerie a noté qu’un puzzle va toujours manquer pour une victoire certaine sur le terrorisme. Il s’agit, selon lui, de la conjugaison des efforts de son institution avec ceux des autres forces vives de la Nation. « Même soudés, nous ne gagnerons pas la guerre tout seuls. Il nous faut conjuguer nos efforts avec les forces armées, la police, les autres corps para militaires, les volontaires pour la défense de la patrie, la justice, etc. », s’est-il convaincu. Tout en remerciant le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) pour la confiance placée en lui, en le nommant à ce poste, il a promis à ses collaborateurs de les traiter avec la même exigence qu’il aura vis-à-vis de lui-même. « Mon engagement à vos côtés sera quotidien. Il est dit qu’à la déférence des subordonnés doit correspondre la bienveillance du chef. En retour de cette bienveillance que j’aurai en permanence, j’attends de vous rigueur, discipline, professionnalisme et désintéressement », s’est-il adressé à ses collaborateurs.

Nadège YAMEOGO


Bref aperçu du parcours du nouveau chef de la Gendarmerie nationale

Le lieutenant-colonel Evrard Somda est né le 24 janvier 1981 à Dissin. Après des études secondaires au Prytanée militaire du Kadiogo (PMK), il obtient son baccalauréat en 1999. Il intègre par la suite la faculté de Droit de l’Université de Ouagadougou où il décroche un Diplôme d’études universitaires générales (DEUG) en 2001. La même année, il est admis à l’Académie militaire Georges-Namoano de Pô d’où il sort officier d’infanterie deux années plus tard. D’instructeur permanent à l’Ecole nationale de gendarmerie à Bobo-Dioulasso de 2003 à 2004, il devient commandant de l’escadron mobile N⁰2 de Bobo-Dioulasso de 2004 à 2006 puis de celui de sécurité et d’intervention du Burkina Faso de 2006 à 2008. Après ces expériences, l’officier Somda se verra confier la sécurité du Premier ministre de 2008 à 2012. Il occupera par la suite d’autres postes de responsabilité avant d’être nommé commandant de la légion spéciale de la Gendarmerie nationale en novembre 2021. Fonction qu’il a occupée jusqu’à sa nomination à la tête de la Gendarmerie nationale le 2 février 2022. Le nouveau chef d’état-major de la gendarmerie est titulaire de plusieurs diplômes dont celui de l’école de guerre de Paris et d’un Master en sciences criminelles. Il est actuellement en 2e année de thèse en sciences humaines et humanités nouvelles, spécialité sécurité- défense du Conservatoire national des arts et métiers de Paris. Il est titulaire de plusieurs distinctions honorifiques dont la médaille d’honneur militaire et celle commémorative avec agrafe Guinée-Bissau.

N.Y.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.