Valorisation des résidus post-récoltes : un projet pilote lancé dans le Boulkiemdé

L’Association des femmes pour le développement durable de l’agriculture (AFeDA) a lancé le projet de valorisation des résidus post-récoltes via la production d’aliments pour bétail et le compostage, le samedi 19 février 2022, dans les villages de Goulouré et de Sigoghin dans la province du Boulkiemdé.

Pour la coordinatrice du projet, Gisèle Nongana/Yaméogo, cette initiative va soulager les souffrances de la femme rurale.

Le recyclage des résidus après récolte est une préoccupation de l’Associa-tion des femmes pour le développement durable de l’agriculture (AFeDA). Ainsi, cette association, en collaboration avec « Australian Scholarship Alumni Association of Burkina Faso (ASAAB) » qui regroupe des étudiants formés par l’Australie, a procédé au lancement officiel d’un projet dénommé « Valorisation des résidus post- récoltes par les femmes du Boulkiemdé à travers la production d’aliments à bétail et de compost », le samedi 19 février 2022, dans les villages de Goulouré et de Sigoghin.

La cérémonie a consisté à la présentation des deux associations aux entre-prises qui doivent réaliser les travaux au profit des sociétés coopératives de femmes. Il s’est agi également de présenter le projet aux bénéficiaires. Pour la coordonnatrice du projet, Gisèle Nongana/ Yaméogo, le projet est né à la suite du constat que les résidus de récoltes (tiges de céréales, feuilles d’arachide et de haricot…) pourrissent dans les champs, faute de moyens adéquats pour leur valorisation. Or, a-t-elle expliqué, la plupart des femmes qui élèvent des animaux peinent à trouver des aliments à bétail en période sèche. Ainsi, le projet va consister à acquérir du matériel de transformation des résidus des récoltes en aliments pour bétail et en compost au profit de deux coopératives de femmes. « Il s’agit d’équipements locaux composés de broyeurs polyvalents d’une capacité de 10 tonnes par jour et d’égreneuses de maïs d’une tonne par heure déplaçables à l’aide de tricycle. Aussi, au vu du problème d’eau que rencontrent les femmes, il sera réalisé deux forages équipés à pompage solaire qui serviront également à irriguer la production maraichère en saison sèche », a développé Mme Nongana.

Selon elle, le projet sera mis en œuvre dans deux localités de la province du Boulkiemdé, région du Centre-Ouest, précisément dans les villages de Goulouré avec environ 400 femmes bénéficiaires et Sigoghin dans la commune de Koudougou avec 30 femmes. La coordonnatrice a indiqué que le projet est également d’un grand intérêt pour la protection de l’environne-ment et va générer de l’emploi pour plus de 500 femmes et jeunes. Pour rassurer les bénéficiaires, les entrepreneurs qui ont pris part à la cérémonie ont expliqué aux bénéficiaires, le chronogramme des activités. Une démonstra-tion a été faite avec un échantillon de résidus de récoltes et de produits finis d’aliments pour bétail, afin d’attirer l’attention des participants sur les bénéfices qu’elles pourraient tirer. Il est prévu une formation et un encadrement des femmes sur l’utilisation des équipements qui seront mis à leur disposition. Pour la secrétaire exécutive de l’association AFeDA, Servienne Ouédraogo, sa structure est née en 2014 de la volonté des femmes cadres de l’administration publique et privée, soucieuses du bien-être des femmes rurales. Ainsi, l’association, à l’en croire, s’investit résolument dans la promotion des activités agricoles. Elle a invité les femmes à se mettre au travail afin de mériter la confiance du partenaire financier qui est « Direct Aid Program du Gouvernement Australien ».

Les hommes ont aussi été invités à accompagner les femmes dans la mise en œuvre du projet, via la cession de terres arables et l’aménagement de hangars. Les sociétés coopératives bénéficiaires Wend-raabo de Goulouré et Wend-manegdé de Sigoghin ont salué l’initiative. Elles ont promis de s’y investir résolument.

Synthèse de Gérard COULIBALY

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.