Infrastructures sportives: le centre médico sportif opérationnel

Présents pour leur test d’avant compétition, les Etalons cadets étaient à la salle d’ergothérapie.

Le ministre des Sports, de la Jeunesse et de l’Emploi a inauguré le centre national médico-sportif, le jeudi 28 avril 2022 à Ouagadougou.

Fonctionnel depuis le début de l’année, le centre national médico-sportif est officiellement ouvert au monde du sport depuis ce 28 avril 2022. « Nous faisons la promotion des activités physiques et sportives et nous prenons, également, en charge les personnes vivant avec un handicap ou tout autre maladie chronique afin de les orienter vers le type d’activité physique qui leur convient », a expliqué le directeur général du centre, Dr Ibrahim Séré.

Structure de prévention et de prise en charge médicale, le Centre national médico-sportif (CNMS) a pour attribution le suivi médical des sportifs professionnels et amateurs, la délivrance du certificat d’aptitude, la mise à jour du livret médical des sportifs, l’encadrement médical des manifestations sportives, l’accompagnement des fédérations sportives pour la mise en place de commissions médicales fonctionnelles, la sensibilisa-tion des pratiquants sur le mode de vie d’un sportif et la réalisation des tests anti-dopage. Pour ce faire, le CNMS est composé de deux départements.

Celui médical axé sur la prévention des blessures, le suivi médical des activités sportives et la prise en charge des sportifs. Le second département est, quant à lui, chargé de la lutte contre le dopage. L’infrastructure qui a couté plus de 161 millions de FCFA à l’Etat burkinabè abrite des salles de consultation, un plateau de kinésithérapie, une salle d’exploration fonctionnelle cardiaque et pulmonaire, un espace aquatique pour la récupération équipée d’une piscine et d’une salle de bain, un espace pour les prélèvements.

Le personnel est constitué d’une vingtaine d’agents parmi lesquels des médecins de sport, des cardiologues, des traumatolo-gues, des nutritionnistes et des psychologues mais aussi des infirmiers, des professeurs d’EPS et des secrétaires. Un personnel que le directeur général a souhaité voir renforcé pour l’amélioration de la prise en charge.

Dans ce sens, il a, également, plaidé pour la construction de salles d’imagerie, de radiographie et de laboratoire ainsi que des bureaux administratifs et un château d’eau. « Ce centre qui est une première dans la sous-région fait la fierté du Burkina et le ministère avec le soutien des partenaires œuvrera afin qu’il dispose d’infrastructures additionnelles à la hauteur des attentes des utilisateurs comme souhaité par le DG », a répondu le ministre chargé des sports, Abdoul Wabou Drabo.

Voro KORAHIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.