Promotion de la démarche qualité: Le SOAC jouit désormais d’une reconnaissance internationale

Le Système ouest-africain d’accréditation (SOAC) a organisé une cérémonie de présentation de son certificat de reconnaissance internationale le vendredi 13 mai 2022, à Abidjan, en marge de la tenue de sa 4e Assemblée générale.

L’accréditation garantit la compétence des laboratoires dont les résultats d’analyse permettent de s’assurer qu’un produit est conforme. Elle constitue un maillon essentiel de l’infrastructure qualité, et partant, un dispositif déterminant pour la qualité des produits manufacturés, la sécurité nutritionnelle et sanitaire des consommateurs. Les organismes évaluation de la conformité (OEC) en l’occurrence les laboratoires et les organismes d’inspection et de certification de l’UEMOA n’auront plus besoin de se dépenser en temps, énergie et en argent pour se faire accréditer hors de la région.

Désormais, les accréditations que leur délivre le Système ouest-africain d’accréditation (SOAC) dont le siège est à Abidjan, en République de Côte-D’Ivoire, sont valables partout dans le monde. En effet, avec la signature de l’accord de reconnaissance mutuelle avec l’organisme continental d’accréditation, à savoir African Accreditation Corporation (AFRAC), le SOAC est reconnu par les pairs comme ayant compétence de délivrer des accréditations aux OEC.

La présentation du certificat de reconnaissance internationale s’est faite devant les partenaires, les acteurs de l’infrastructure qualité ouest-africaine.

Autrement dit, les résultats des analyses ou des contrôles effectués par ces organismes accrédités par le SOAC sont dorénavant valables à l’international. Pour célébrer cette grande avancée, le SOAC a organisé, en marge de sa 4e Assemblée générale, une cérémonie de présentation officielle de son certificat de reconnaissance internationale, dans la soirée du vendredi 13 mai 2022, à Abidjan, en République de Côte-D’Ivoire.

Un ouf de soulagement

Pour le président du Conseil d’administration du SOAC, Aboubacry Baro, l’accréditation étant la garantie de l’évaluation de la conformité des analyses et des essais, cette reconnaissance internationale est un ouf de soulagement pour les entreprises ouest-africaines notamment les PME qui étaient contraintes de recourir à des laboratoires des pays étrangers, avec des coûts d’accès très élevés.

« Désormais nous avons notre organisme à portée de main. Ce qui va amoindrir le coût d’accès aux services d’accréditation pour finalement garantir notre économie de façon générale mais surtout pour préserver la sécurité et la santé de nos populations », s’est-il réjoui.

Pour son président, Aboubacry Baro, cette reconnaissance internationale du SOAC est un ouf de soulagement pour les PME

Pour M. Baro, ce résultat combien essentiel pour l’économie de la région est le fruit d’un long travail des hommes et des femmes engagés à travers l’Assemblée générale du SOAC, son Conseil d’administration et la qualité managériale de la direction générale du SOAC, avec sa jeune et dynamique équipe conduite par Marcel Gbaguidi. Ce résultat est aussi à mettre à l’actif de l’UEMOA qui a toujours accompagner le SOAC et qui a très vite compris, qu’au lieu d’aller vers les systèmes des agences nationales d’accréditation, il était plus économique d’aller vers un organisme régional d’accréditation, a-t-il expliqué.

Le président a également salué et félicité les partenaires du SOAC qui ont cru au projet dès le début en injectant leurs ressources ; tout en rendant hommage aux laboratoires qui ont toujours fait confiance au SOAC et qui l’ont poussé à atteindre ce résultat qui est célébré aujourd’hui.

Mais malgré cet acquis d’envergure, le travail n’est terminé, car des défis demeurent. Il faut arriver à maintenir cette reconnaissance et à aller vers d’autres victoires, ce qui demande de mobiliser davantage de ressources, a souligné M. Baro.

Satisfecit et engagement des partenaires

Selon le Directeur principal de la  Direction de la numérisation, de la technologie et de l’agro-industrie de l’ONUDI, Bernardo Calzadilla-Sarmiento, s’est lui aussi réjoui de voir que le rêve porté par le SOAC est devenu réalité grâce aux résultats qu’il a réalisés. Tout en saluant le travail abattu par les devanciers qui ont œuvré à la construction d’une infrastructure qualité sous-régionale, M. Calzadilla-Sarmiento a réaffirmé la disponibilité de l’ONUDI à accompagner le SOAC dans son développement.

Dans la même veine, le commissaire de l’UEMOA en charge du département de l’énergie, des mines et de l’entreprise, Dr Paul Koffi-Koffi, a témoigné sa satisfaction pour cette reconnaissance internationale du SOAC qu’il qualifie « d’accréditeur accrédité ». « Un travail de qualité a été fait pour rassurer les opérateurs économiques et les consommateurs », a-t-il souligné. Le commissaire Koffi-Koffi a traduit la reconnaissance du président de la Commission de l’UEMOA à l’ONUDI pour son appui, et au gouvernement ivoirien pour la signature de l’accord de siège avec le SOAC.

Le commissaire de l’UEMOA, Dr Paul Koffi-Koffi : « Un travail de qualité a été fait pour rassurer les opérateurs économiques et les consommateurs »

Le directeur de cabinet du ministre ivoirien en charge du commerce, Loesse Jacques Esso, a indiqué que ce certificat de reconnaissance est d’un intérêt majeur pour la Côte-D’Ivoire et la sous-région ouest-africaine. Il constitue une belle avancée dans le processus de construction de l’infrastructure qualité communautaire solide, a-t-il ajouté.  Et de poursuivre que cette reconnaissance par les pairs permet aux pays de l’UEMOA de se doter d’une institution crédible en matière d’accréditation, d’une structure de référence pour les OEC de la région. M. Esso a réaffirmé l’engagement du gouvernement ivoirien à œuvrer à trouver un siège au SOAC.

Prestations d’artistes et projection d’un film documentaire sur le bilan des quatre dernières années du SOAC et la remise des attestations aux laboratoires récemment accrédités par le SOAC ont également rythmé cette soirée. La cérémonie a également servi de cadre pour la proclamation des résultats du concours en accréditation de l’Afrique de l’Ouest, suivie de la remise des prix aux lauréats. Dans la catégorie journalistes, le prix est revenu à Mahamadi SEBOGO des Editions Sidwaya.

Mahamadi SEBOGO

Windmad76@gmail.com

De retour d’Abidjan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.