Lutte contre le changement climatique au Burkina : Le ministre Séglaro Abel Somé salue les efforts de la BAD

La rencontre a permis au ministre en charge de l’économie, Dr Séglaro Abel Somé (3e à partir de la droite), de plaider pour la suspension des décaissements auprès de la BAD pour faire avancer des projets.

Dans le cadre des Assemblées annuelles 2022 du Groupe de la BAD, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Dr Séglaro Abel Somé, aux côtés d’autres gouverneurs de la Banque, a échangé avec le président de la BAD, Dr Akinwumi Adesina, le mardi 24 mai 2022, à Accra, au Ghana.

Après l’ouverture des Assemblées annuelles 2022 du Groupe de la BAD, au cours de la matinée du mardi 24 mai 2022, s’est tenu le Conseil des gouverneurs de la Banque, simultanément avec la 48e Assemblée annuelle du Fonds africain de développement. Le Burkina Faso, à l’instar des pays membres de la BAD, représenté par le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, Dr Séglaro Abel Somé, a pris part au « Dialogue présidentiel ». Aux côtés des gouverneurs du Cameroun, de Madagascar, de la Turquie (pays membre non régional), etc. le ministre Somé s’est entretenu avec le président de la BAD, Dr Akinwumi Adesina. Il a été reconnaissant au Groupe de la BAD au regard de ses appuis au développement économique du Burkina Faso dans le cadre de la coopération bilatérale. Malgré la situation sécuritaire, sanitaire et humanitaire difficile, Dr Seglaro Abel Somé s’est convaincu que l’accompagnement technique et financier constant de la BAD dont bénéficie le pays des Hommes intègres  permet de poursuivre les chantiers du développement, à savoir les initiatives développées par les nouvelles autorités pour renforcer la résilience du Burkina Faso. En effet, pour le ministre de l’Economie, des Finances et de la Prospective, les priorités définies dans la feuille de route de la Transition constituent la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité du territoire. A ce propos, a-t-il expliqué, la Transition a engagé notamment la refondation de l’Etat, l’amélioration de la gouvernance, le recrutement de nouveaux effectifs au profit des Forces de défense et de sécurité (FDS), le rappel des militaires à la retraite, la réorganisation des Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), le retour progressif des Personnes déplacées internes (PDI) dans les zones libérées et la formulation de projets d’aide d’urgence pour répondre à la crise humanitaire.

Pour une transition énergétique favorable

 Selon lui, le thème des 57es Assemblées annuelles de la BAD : « Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique » est une opportunité pour discuter de l’impact du changement climatique sur les économies africaines et des mesures à adopter pour une transition énergétique favorable aux populations. « Le Burkina Faso, situé au cœur de l’Afrique de l’Ouest dans le Sahel, est régulièrement confronté aux baisses de la pluviométrie et aux sécheresses entrainant un stress hydrique bien que paradoxalement le pays soit victime d’inondations récurrentes avec comme conséquence la baisse de la capacité de production », a déclaré le ministre en charge de l’économie.

Le ministre en charge de l’économie, Dr Séglaro Abel Somé, a rappelé la nécessité de fédérer les énergies pour venir à bout du changement climatique en Afrique.

A l’entendre, le changement climatique évolue à pas de géant commandant d’avoir une stratégie commune pour la lutte contre le phénomène. Il a rappelé, de ce fait, l’initiative « Desert to Power (D2P) » qui est un « ambitieux et innovant » projet d’électrification solaire financé par la BAD et qui devrait renforcer les capacités de résilience du Sahel. « Le Burkina Faso a intégré dans son cadre législatif règlementaire, la transition énergétique vers des énergies vertes et renouvelables comme un pilier de son développement en adoptant des mesures fiscales favorables à son utilisation. Ce cadre nous a permis de passer au mixte énergétique en introduisant les énergies renouvelables dans la production à côté des centrales électriques, grandes consommatrices d’énergies fossiles », a indiqué Dr Séglaro Abel Somé.

Il a pris l’exemple de la centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli de 33 MW en phase d’extension à 50 MW qui a permis d’injecter de l’énergie solaire dans le réseau de la SONABEL pour la consommation des populations. La rencontre a été également une occasion pour le ministre en charge de l’économie de plaider auprès du président de la BAD, la levée de la mesure de suspension des décaissements afin de permettre la mise en œuvre des projets et de faciliter celle du Plan d’actions de la Transition. Aussi, l’adoption prochaine du Document de stratégie pays (DSP) 2022-2026 par les deux parties devrait permettre de renforcer des infrastructures durables pour une croissance inclusive et verte et de soutenir les chaines de valeurs agricoles pour la résilience de l’économie.

Au cours de la réunion, Dr Séglaro Abel Somé a appelé à une action commune dans la lutte contre le changement climatique et pour assurer une transition énergétique  pour l’Afrique.

                                                                                    Boukary BONKOUNGOU

                                                                                    A Accra (Ghana)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.