Lutte contre l’insécurité : l’Union européenne propose une approche plus intégrée

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu en audience, le lundi 25 février 2019, le directeur général de la coopération internationale et du développement de l’Union européenne, Stefano Manservisi.

L’Union européenne (UE) entend aider le Burkina Faso à mieux juguler ses défis sécuritaires. A cet effet, le directeur général de la coopération internationale et du développement de l’Union, Stefano Manservisi, a été reçu par le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le lundi 25 février 2019. Pour lui, les échanges se sont attardés sur la situation sécuritaire actuelle du pays des Hommes intègres.

«Nous avons échangé sur la façon dont nous devons agir ensemble en définissant une approche plus intégrée entre intervention sécuritaire de court terme, la réforme du secteur de la sécurité et les interventions de développement», a détaillé le directeur général de la coopération internationale et du développement de l’UE. A l’entendre, les discussions ont permis de convenir d’œuvrer de sorte à disposer d’une cartographie des endroits de vulnérabilité dans lesquels l’UE pourrait soutenir les actions du gouvernement burkinabè à travers une feuille de route arrêtée de commun accord. Cela, a-t-il poursuivi, «pour être plus rapidement sur les théâtres des attaques et être plus à mesure de montrer la présence de l’Etat aux citoyens à travers les forces de sécurité, les actions de développement, la réouverture immédiate des écoles, des hôpitaux …». Pour ce faire, l’UE s’est engagée à trouver des moyens additionnels, a précisé M. Manservisi. Les échanges avec le président du Faso ont en outre porté sur la présidence du G5 Sahel, assurée en 2019 par le Burkina Faso. «Le témoignage de l’expérience du pays des Hommes intègres dans la lutte contre le terrorisme est fondamental pour orienter de manière efficace et complémentaire les actions du G5 Sahel», a-t-il fait savoir.

Et d’ajouter que cette expérience devra permettre, lors de la réunion ministérielle de juin et juillet 2019 à Ouagadougou, de mieux cibler la valeur ajoutée du G5 Sahel, ses forces, ses équipements et sa manière de travailler en connexion entre les cinq pays. Le directeur général de la coopération internationale et du développement de l’Union européenne a également annoncé pour le vendredi 1er mars, une rencontre avec le secrétaire exécutif du G5 Sahel, les chefs d’Etat-major de la Force, les ministres et autorités concernés pour trouver une meilleure cohérence dans les actions sur le terrain.

Jean-Marie TOE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.