Valorisation du maïs à haut rendement : Le livret de recettes disponible

La remise officielle du livret par le ministre délégué, Urbain Ibrahim Coulidiati (gauche), a marqué le lancement officiel de cet outil de valorisation du maïs.

L’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR) a présenté officiellement le livret de recettes à base de grains de maïs, le jeudi 9 mai 2019, à Ouagadougou.

La recherche pour la valorisation des produits locaux avance au Burkina Faso. Ce, grâce au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST). A travers l’Institut de recherches en sciences appliquées et technologiques (IRSAT), l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et des innovations (ANVAR) a élaboré un livret de recettes à base des grains de maïs.

Intitulé ‘’Produits et mets à base de maïs, ce livret de 135 pages présente des recettes faites à base de six variétés. Il s’agit de variétés à haut rendement telles que les hybrides «Bondofo et Komsaya», utilisées dans les zones irriguées, les «variétés SR 21» et «Espoir» pour les zones de bonne pluviosité et les variétés «Wari» et «Barka» précoces et tolérantes à la sècheresse pour les zones nord-soudaniennes.

Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre de la première phase du projet de valorisation de variétés de maïs à haut rendement dans l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Un projet financé à hauteur de 1 150 000 000 F CFA par la commission de l’UEMOA. Selon le coordonnateur du projet, par ailleurs directeur général de l’ANVAR, Pr Louis Sawadogo, le maïs occupe la deuxième place après le riz dans les habitudes alimentaires des Burkinabè. Et l’un des objectifs dudit projet a été d’accroître de 50% le niveau de transformation.

Il a fait comprendre que ces variétés ont des grains de couleur soit blanche, soit jaune. Ils sont à l’entendre, riches en protéines, et présentent une bonne aptitude à la transformation agroalimentaire. «A l’heure où la malbouffe a pignon sur rue et constitue un problème de santé publique, ce livret qui fait l’inventaire de l’ensemble des mets traditionnels et modernes résultant de la transformation de cette céréale, va permettre d’innover dans la cuisine et de diversifier la ration alimentaire», a dit Pr Sawadogo.

A propos de la valorisation de ces mets, il a souhaité qu’ils soient servis aux pauses-café et déjeuners, lors des ateliers et autres réunions des ministères. Car de son avis, cela permettra de booster toutes les chaînes des filières de ces produits et générera des emplois.

C’est pourquoi, le ministre délégué à la recherche scientifique et à l’innovation, Urbain Ibrahim Coulidiati, a exhorté l’ensemble des acteurs à vulgariser et à diffuser le livret. «Ce livret doit être perçu comme un guide opérationnel permettant de connaître les différents mécanismes pour les recettes à base de grains de maïs», a soutenu le ministre délégué.

Gaspard BAYALA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.