Incivisme fiscal au Burkina: une étude révèle les causes

Le Centre d’information, de formation et d’études sur le budget (CIFOEB) a restitué, le mercredi 26 juin 2019 à Ouagadougou, une étude sur les facteurs explicatifs de l’incivisme fiscal au Burkina Faso. Le rapport a fait ressortir plusieurs causes et des proportions inquiétantes du phénomène.

L’incivisme fiscal, qui est en train de prendre de plus en plus de l’ampleur au Burkina Faso, est dû à un manque de sensibilisation des citoyens à l’importance des impôts. C’est le résultat auquel a abouti l’étude du Centre d’information, de formation et d’études sur le budget (CIFOEB) sur les facteurs explicatifs du phénomène et les modalités d’incitation au paiement des impôts. La restitution des résultats de l’étude a eu lieu, le mercredi 26 juin 2019 à Ouagadougou, au cours d’un atelier. Selon le président du conseil d’administration du CIFOEB, Seydou Dao, le signal que l’autorité envoie aux contribuables n’est pas souvent le bon, parce que ces derniers ont l’impression que les ressources mobilisées sont utilisées à d’autres fins qu’à des fins d’investissement, d’amélioration des conditions de vie et de bien-être des populations. « Ce qui voudrait dire que les populations sentent qu’elles contribuent pour entretenir des princes », a fait remarquer M. Dao. Pour lui, le gouvernement doit montrer l’exemple en réduisant le train de vie de l’Etat et en luttant contre la corruption pour que les résultats des ressources collectées soient visibles sur le terrain en termes d’investissement. Il a expliqué que les besoins de l’Etat en termes de dépenses ordinaires et en capital s’accroissent alors que le financement extérieur connait une réduction.
«C’est dans l’optique de rectifier le tir et aider le gouvernement dans ses efforts de mobilisation de ressources intérieures pour le financement du Plan national de développement économique et social (PNDES) que le CIFOEB a commandité cette étude. C’est à ce prix que le Burkina pourra de plus en plus voler de ses propres ailes », a soutenu le PCA du CIFOEB. A travers cette étude, a-t-il souligné, le centre entend apporter sa contribution à la promotion du civisme fiscal, indispensable pour offrir davantage des produits et services publics de haute qualité exigés par les populations elles-mêmes. Il a ajouté que c’est une occasion également d’expliquer aux contribuables l’impact négatif de cet incivisme et les sensibiliser à leur rôle dans la constitution des budgets publics.
Créé en 2003, le CIFOEB est une organisation de la société civile avec pour mission de promouvoir la bonne gouvernance économique et financière au pays des Hommes intègres. L’objectif est de créer les conditions d’une répartition optimale des fruits de la croissance économique de manière à ce qu’ils profitent aux populations les plus démunies.

Joseph HARO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.