La 9e édition de la Journée internationale de la veuve et de l’orphelin a été célébrée dans la ville de Pô, à l’initiative de la fondation Lucie-Kaboré

«Femmes, paix et sécurité au Burkina Faso, quelles contributions pour la promotion des personnes vulnérables », est le thème qui a été retenu pour la commémoration de la 9e édition de la journée internationale de la veuve et de l’orphelin. Cette année, c’est la ville de Pô qui a accueilli les activités commémoratives. Le premier adjoint au maire de la commune de Pô, Assane Gomgnimbou a, au nom du conseil municipal, remercié les responsables de la fondation Lucie-Kaboré pour le choix porté sur la commune de Pô pour abriter l’événement. Il a invité les populations à plus d’efforts en faveur de la veuve, car ce n’est pas par plaisir qu’elles ont choisi de l’être. Pour la coordonnatrice provinciale de la fondation, Lucie Tapsoba, le tableau de la veuve est très sombre. Il se résume, entre autres, en l’accusation de sorcellerie, lévirat et les humiliations de tout genre. Elle a remercié la fondation pour le cadre créé en leur faveur. Ce dernier leur permettra de se donner du courage après des moments difficiles dus au veuvage. La coordonnatrice de la fondation, Dr Alice Zoungrana a dit toute sa satisfaction pour la tenue de cette 9e édition qui a été couplée avec les 45 ans d’existence de la fondation dont 35 ans dans la dénomination «Association des veuves et des orphelins du Burkina Faso» et 10 ans sous l’appellation «Fondation Lucie-Kaboré pour la promotion des veuves et orphelins». Elle a invité les décideurs à plus d’attention envers les veuves et les orphelins. Pour le parrain de la cérémonie, le ministre des Sports et des Loisirs, Daouda Azoupiou, sa présence vise un double objectif. Le premier est de traduire sa gratitude et son engagement envers cette couche de la population, d’une part et, d’autre part, à saluer l’initiative de la fondation qui œuvre au quotidien pour l’épanouissement de la veuve et de l’orphelin. Pour la patronne de la cérémonie, Clémentine Dabiré, cette journée est pleine d’émotions. Car, les veuves éprouvent d’énormes difficultés et le veuvage n’est pas une fatalité. C’est pourquoi, elle a demandé aux autorités d’intercéder auprès des décideurs et les collectivités afin qu’ils inscrivent des lignes budgétaires pour accompagner les veuves. Pour leurs actions envers les veuves, la fondation et Mme Zoungrana Marie Joseph, membre de la fondation ont été distinguées dans l’ordre du mérité burkinabè avec agrafe santé-action sociale. Egalement les meilleurs élèves orphelins du post-primaire et du secondaire ont reçu des vivres et des kits scolaires.

Hamidou K. OUENA,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.