Lutte contre le terrorisme: Christophe Dabiré sollicite l’aide de  Bruxelles

Le chef du gouvernement burkinabè, Christophe Dabiré a été reçu en audience, ce vendredi 04 octobre, par le Vice-Premier ministre en charge  des Affaires étrangères et européennes, Didier Reyders.

En séjour en Belgique dans le cadre de la 6e édition du Rebranding Africa Forum (RAF), Christophe Dabiré s’est rendu, ce vendredi 04 octobre 2019, au Ministère fédéral des Affaires étrangères où il a rencontré le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères et européennes, de la Défense, chargé du Beliris et institutions culturelles fédérales, Didier Reyders. La « visite de courtoisie » a permis à Christophe Dabiré de traduire sa reconnaissance et celle du gouvernement au diplomate belge pour la qualité des relations entre les deux pays.

Selon le Premier ministre, Didier Reyders a contribué au redémarrage et au renforcement de cette coopération. « Aujourd’hui, nous avons un ambassadeur du royaume de Belgique résident à Ouagadougou. Ce qui est une excellente chose », s’est-il réjoui. Les deux ont également parlé de la situation sécuritaire au Burkina Faso, victime d’attaques terroristes. « Nous avons échangé sur la vision qu’il a de cette situation et sur la contribution du royaume de Belgique pour aider le Burkina à affronter ce défi avec beaucoup plus de sérénité », a précisé le chef du gouvernement burkinabè. A ce sujet, M. Dabiré a été informé de l’appui de la Belgique au renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité burkinabè.

Le vice-premier ministre change bientôt de casquette. Il  sera désormais commissaire  européen chargé de la Paix et de la Justice. Pour Christophe Dabiré, ces nouvelles responsabilités ne devraient pas impacter les relations entre le Burkina et le royaume de Belgique. Au contraire, elles doivent mieux renforcer ce qui est déjà fait. Le gouvernement burkinabè est préoccupé par l’instauration de la paix et le renforcement de la justice dans le cadre de la construction d’un État de droit démocratique. «Didier Reyders est bien placé pour réfléchir sur cette question et défendre un certain nombre de positions du Burkina au niveau de l’Union européenne ». Le chef du gouvernement a dit espérer que M. Reyders travaillera, es qualité de commissaire européen, à l’autonomisation du système judiciaire burkinabè. « Ce qui permettra à notre pays de s’insérer harmonieusement dans le concert des nations pour la défense des droits de l’homme et l’instauration de l’État de droit », a-t-il estimé.

Djakaridia SIRIBIE

Depuis Bruxelles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.