Développement de la croissance verte : Des acteurs à la Primature

Pour le ministre en charge de l’environnement, Batio Bassière (micro), la collaboration entre le Burkina et l’institut est bonne.

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a reçu en audience, le mardi 8 octobre 2019 à Ouagadougou, une délégation de l’Institut mondial pour la croissance verte (GGGI).

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a pris langue, le mardi 8 octobre 2019 à Ouagadougou, avec une délégation de l’Institut mondial pour la croissance verte (GGGI), conduite par le ministre en charge de l’environnement, Batio Bassière. Avec elle, il s’est agi d’évoquer la collaboration entre le Burkina Faso et l’organisation internationale Green growth Planning and Implementation (GGGI).

«Je suis très heureux d’être ici au Burkina qui fait partie des 33 pays membres de notre organisation, tous des champions du nouveau modèle de développement de croissance verte. Je suis venu pour discuter avec le gouvernement sur la manière dont on peut le soutenir, l’accompagner pour la croissance verte», a laissé entendre Frank Rijsberman, directeur général du GGGI, à sa sortie d’audience.

Le ministre burkinabè en charge de l’environnement a, pour sa part, rappelé que le Burkina a adhéré à l’institut en 2018 et dispose d’un bureau national. «Il faut dire qu’en moins de deux ans, les résultats sont appréciables dans la mesure où nous avons déjà élaboré le programme de préparation pour accompagner le Burkina Faso à l’accréditation d’une entité nationale», a-t-il souligné.

Il a ajouté, que dans le cadre du renforcement des capacités de l’ensemble des acteurs, quarante personnes ont également été formées au Burkina. M. Bassière a par ailleurs indiqué que des domaines d’intervention, dans lesquels son département compte travailler avec l’institut, ont été identifiés, notamment la préparation et la mise en œuvre des écovillages, la transition vers des villes vertes et les énergies renouvelables et tout ce qui est investissement qui tienne compte de la croissance verte.

«La présence au Burkina du directeur général, qui a pu visiter les installations, va renforcer davantage les relations de collaboration entre le pays et GGGI, car on a été invité à la prochaine assemblée générale qui va se tenir bientôt à Séoul  en Corée», a-t-il conclu.

Boureima GANSONRE (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.