L’enfer sur terre

Regarde ce nourrisson en larmes, sans arme, téter sa mère sans vie sur le parvis

Penses-tu que c’est le destin ou un sort jeté à dessein sur un bambin sans avis ?

Ecoute cette vieille dame qui crame sous les gravats, sous les vivats de la java

Comprends-tu sa peine, elle qui était sans haine, tolères-tu la joie de la vendetta ?

Nous vivons dans un monde immonde sans secours ni recours, plein de détours

Nous habitons une terre délétère, austère et éphémère où l’enfer brûle autour

Nous sommes les naufragés d’un trajet de danger sans repère, loin de la bouée des pères

Nous sommes les oubliés d’une tragédie sur fond de mélodie, une comédie jouée à l’envers

Je suis né sur un champ de bataille, j’ai connu la vie des racailles, trop de peines m’assaillent

Je suis né dans la guerre, je n’ai guère connu de père ni de mère, que de vides et de failles

Trop de peines me gangrènent, il y a trop de gêne face à la géhenne des averses de flammes

Dans le regard des corps sans vie des victimes, coulent les larmes du drame qui se trame

Ma vie est un long silence dans le temps, dans le vent qui souffle sur les étangs de sang

Ma vie est un abîme intime rempli de rêves noirs et de peurs bleues, je suis innocent

Sauvez le monde des hommes des bombes qui tombent sur les hécatombes de colombes

Libérez la terre de la chaîne de haine, épargnez nos âmes des flammes qui nous surplombent.

Clément ZONGO

clmentzongo@yahoo.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.