Forum des femmes du Centre : l’insécurité au coeur des préoccupations

La ministre de la Femme, la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action sociale, Marie Laurence Ilboudo, a présidé le forum des femmes de la région du Centre, le vendredi 21 février 2020 à Ouagadougou. A l’occasion, les participantes lui ont soumis leurs doléances.

Depuis le 6 février 2020, le Ministère de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action sociale (MFSNAH) a entamé une série de fora des femmes dans les différentes régions du pays, en prélude à la 163e Journée de la femme. C’est dans ce sens, que la capitale a accueilli, à son tour, le forum des femmes, le vendredi 21 février 2020, sous le thème: « Crise au Burkina Faso : quelles stratégies pour la résilience des femmes ? ». L’objectif de ce forum, a indiqué la ministre de tutelle, Laurence Ilboudo, est d’expliquer à cette frange de la population que la lutte contre l’insécurité se fera par sa capacité à renforcer leur résilience. « Il est inadmissible de promouvoir la paix et la cohésion sociale sans l’implication des femmes », a lancé la ministre.

A l’écouter, si aujourd’hui il y a crise au Burkina Faso, c’est qu’il y a eu des préalables qui n’ont pas été pris en compte. L’implication effective des femmes, a-t-elle déploré, dans le développement socioéconomique de notre pays à travers l’éducation sociale a été faussée. « Les femmes ont abandonné le rôle de mère et d’éducatrice, de conseillère et de la complémentarité de la femme auprès de l’homme », a-t-elle lâché. C’est pourquoi, il est important, a dit Mme Ilboudo, que les femmes prennent conscience de leur rôle dans le développement. D’où l’interpellation à s’approprier des valeurs comme l’entraide. Pour sa part, la coordonnatrice régionale des femmes du Centre, Marceline Tou/Soala, a énuméré une centaine de doléances qui font objet de préoccupations des femmes du Centre.

En relevant que l’insécurité demeure une préoccupation majeure, Mme Tou a cité, entre autres, le renforcement des capacités des centres de formation sanitaires, l’instauration de cantines scolaires dans les établissements. Le gouverneur de la région, Sibiri de Issa Ouédraogo, a félicité la ministre et ses collaborateurs pour le travail abattu chaque jour auprès des femmes. Toutefois, il a salué la forte mobilisation des femmes à l’occasion de cette rencontre. Face à la crise sécuritaire au Burkina Faso qui entraîne la psychose au sein des populations, il a confié que la région connaît les effets des attaques à travers la mobilité des personnes affectées. Pour lui, l’heure est à l’élaboration et à la mise en œuvre des projets et développement en faveur des couches vulnérables.

Honoré KIRAKOYA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.