Projet « AmplifyChange » : Les acteurs relancent leurs activités

La SESSION marque la relance des activités après une longue rupture du fait du contexte sanitaire.

Le comité d’orientation et de suivi du projet : «  activité d’amélioration de la performance des politiques et stratégies DSSR en Afrique de l’Ouest et en Afrique Australe » (AmplifyChange) a tenu sa deuxième session ordinaire, le jeudi 16 juillet 2020 à Ouagadougou.

Au regard du contexte sanitaire lié à la crise  de la COVID-19 dans le monde et en particulier au Burkina Faso, le comité  d’orientation et de suivi du projet : « Amplify Change » a assuré la continuité de ses activités en ligne ou en groupe restreint.  Pour marquer son retour sur le terrain dans le cadre dudit projet intitulé : « Activité d’amélioration de la performance des politiques et stratégies DSSR en Afrique de l’Ouest et en Afrique Australe », le comité a tenu sa deuxième session ordinaire après celle de septembre 2019. Le cadre de cette rencontre a donné l’occasion aux acteurs de revisiter les engagements pris, d’évaluer leur mise en œuvre et d’en tirer les leçons qui  leur permettrons d’évoluer « sereinement » vers la fin du projet. La session a eu lieu, le jeudi 16 juillet 2020 à Ouagadougou. Selon le chef de file du Groupe technique santé de reproduction (GT/SR), Séraphin Simplice Toé, grâce aux efforts conjugués des uns et des autres, le retard relatif accusé au démarrage du projet a pu être rattrapé et une nouvelle étape a été entamé avec le début du semestre trois. Pour lui, si les activités des semestres précédents ont pu être bouclées, la réalisation complète des activités restantes est un défi. Au regard des contingences objectives auxquelles, la planète entière fait face, a consenti un délai supplémentaire de deux mois pour boucler cette phase qui prendra désormais fin en décembre 2020, a-t-il souligné. « Nous échangerons certainement autour des activités qu’il nous reste à mettre en œuvre et je ne doute pas que des orientations seront données afin que cela soit mené à bien », a dit  M. Toé. Quant au conseiller technique de santé en santé de la reproduction au Secrétariat technique chargé de l’accélération de la transition démographique (ST/ATD),  Charles B Zoubiré, il a rappelé que le projet dans le cadre duquel sont réunis les membres du comité d’orientation et de suivi du projet « AmplifyChange » est axé sur le plaidoyer pour une meilleure promotion des droits en santé sexuelle et de la reproduction dans notre pays comme il se mène dans les trois autres pays concernés (Mali, Niger, Guinée). Il a mentionné que le contexte actuel est favorable, car la volonté politique de faire des DSSR un levier pour le développement dans notre pays est réel. Pour lui, elle s’est même traduite en actes concrets, dont le plus éloquent est l’extension de la gratuité de la planification familiale à l’échelle nationale. A l’entendre, le succès de cette mesure dépendra de son niveau d’appropriation et d’efforts de soutien par les acteurs du secteur de la santé sexuelle et de la reproduction. C’est pourquoi, il a, au nom du ministère de la santé encourager les acteurs à réserver une place de choix à des activités de mobilisation des ressources pour apporter un appui conséquent au gouvernement du Burkina Faso en vue de relever le défi en matière de DSSR.

Valentin KABORE

                                                                                                   (Collaborateur)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.