Plateau central : Le e-diagnostic pour améliorer les soins de santé

Selon la gouverneure de la région du Plateau central, Fatoumata Bénon, l’IeDA combine les technologies de l’information et de la communication avec les pratiques de la santé pour améliorer les services de santé.

L’ONG Terre des Hommes a lancé, le vendredi 14 août 2020 à Ziniaré, son projet « Integreated e-diagnostic approach » dans la région du Plateau central dont la mise en œuvre vise à offrir davantage de soins de qualité dans les différents districts sanitaires de la région.

Depuis le 1er juillet dernier, le projet « Integreated e-diagnostic approach » (IeDA) ou approche intégrée e-diagnostic, en français, intervient dans les trois districts sanitaires de la région du Plateau central. Initiative de l’ONG Terre des Hommes et financé par le Fonds mondial pour la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme, IeDA est une stratégie novatrice combinant les technologies de l’information et de la communication en utilisant le Registre électronique de consultation (REC).

La réussite des interventions requérant son approbation par les acteurs de la région, Terre des Hommes a initié un atelier de lancement, le vendredi 14 août 2020 à Ziniaré, en vue de présenter le projet aux parties prenantes. « La santé de l’enfant est préoccupante dans notre pays. En effet, en 2010, un enfant sur huit au Burkina Faso est décédé avant l’âge de cinq ans, principalement dû au manque d’accès aux soins de santé de qualité. La plupart de ces décès auraient pu être évités grâce à des interventions à moindre coût.

Assurer des soins appropriés aux enfants malades dans un pays où 80% de la population vit dans les zones rurales nécessite une meilleure accessibilité à des soins de santé primaires de bonne qualité », a déclaré le gouverneur de la région du Plateau central, Fatoumata Benon. Selon elle, malgré les efforts de l’Etat et ses partenaires, en 2012, seuls 8,2% des enfants ont bénéficié d’une consultation suivant les directives de la Prise en charge intégrée des maladies de l’enfant (PCIME) et seulement 15% des consultations étaient correctement effectuées. C’est pourquoi, elle a salué l’initiative de l’ONG qui, depuis 2014, a offert 6,5 millions de consultations à plus de 3 millions d’enfants dans huit régions.

Aussi, a ajouté le gouverneur, des études ont montré un impact médical et sur le système avec une mise en œuvre de la PCIME et, ce, à moindre coût. « L’IeDA est un grand projet pour notre région, unique en Afrique de par son ambition, sa taille et les résultats potentiels. Nous savons que les actions de ce projet ne peuvent réussir sans l’accompagnement et le soutien des autorités et leaders », a laissé entendre Fatoumata Bénon.

Le coordonnateur du programme santé de l’ONG Terre des Hommes, Luc Noundia Kaboré, a indiqué que les grandes lignes vont consister à faire l’état des lieux de la PCIME dans les districts sanitaires et les accompagner à travers des kits solaires dans toutes les formations sanitaires et une dotation en tablettes. Aussi, il a souligné que le projet va mettre à leur disposition une application de consultation et former l’ensemble du personnel de santé de ces trois districts à la pratique de diagnostic électronique.

« Il y a aussi le travail d’accompagnement et de coaching qui doit se faire au quotidien et mensuellement. Nous devons faire un transfert de compétences aux équipes d’encadrement des différents districts afin qu’ils puissent continuer après la période de déploiement », a précisé Luc Noundia Kaboré. A entendre Mme Benon, le registre électronique, qui sera disponible, permettra d’avoir une lisibilité des soins qui sont administrés. C’est pourquoi, il a exhorté les acteurs et la population à s’engager pour un succès du projet.

Joseph HARO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.