Secteur de la justice : La performance du service public préoccupe les acteurs

Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, René Bagoro (2e à droite) a dit compter sur l’engagement de tous pour faire de la justice, le maillon fort de la construction démocratique au Burkina Faso.

Le ministère de la Justice a tenu son Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2020, sous le thème :
« Réformes du secteur de la justice et amélioration de la performance du service public de la justice : Bilan et perspectives », le vendredi 25 septembre 2020 à Ouagadougou.

Le ministère de la Justice veut offrir aux citoyens, un service de qualité. Dans cette optique, il a organisé son Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2020 sous le thème : « Réformes du secteur de la justice et amélioration de la performance du service public de la justice : Bilan et perspectives », le vendredi 25 septembre 2020, à Ouagadougou. Pour le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, René Bagoro, le CASEM constitue une instance par excellence pour évaluer et apprécier les performances de son département.

L’un des défis majeurs de son ministère, a-t-il précisé, est d’améliorer la perception de la justice par les justiciables. Pour relever ce challenge, des réformes tant textuelles, organisationnelles qu’institutionnelles ont été entreprises depuis l’adoption de la politique sectorielle « justice et droits humains », inspirée du Pacte national pour le renouveau de la justice (PNRJ) et du Plan national de développement économique et social (PNDES), a-t-il ajouté. Pour lui, il est opportun pour le secteur de la justice de jeter un regard introspectif pour apprécier l’impact des actions « majeures » entreprises depuis 2016 et de dégager des perspectives pour une justice plus indépendante, accessible, crédible et équitable.

Concrètement, a laissé entendre René Bagoro, il s’agit, au cours du CASEM, d’examiner et d’adopter le projet de rapport d’activités 2019, le programme d’activités 2020 du ministère et le projet de rapport performance des structures du ministère de la Justice. A cela, s’ajoutent les communications sur le thème du CASEM, les statistiques judiciaires et pénitentiaires de l’année 2019 et le processus d’élaboration et d’exécution du budget du ministère ainsi qu’un aperçu sur la gestion de la comptabilité matières.

Selon le Garde des Sceaux, au terme de l’année 2019, le ministère de la Justice a atteint un taux de réalisation physique de ses activités de l’ordre de 85% pour un taux d’exécution financière de 94,2%. Il a aussi indiqué que le projet de programme d’activités 2020 connait une exécution déjà avancée. Sur ce point, il a invité les différentes structures à accélérer la mise en œuvres des activités restantes et en priorité, celles visant l’atteinte des indicateurs du PNDES et de la politique sectorielle.

Le ministre Bagoro a particulièrement souhaité voir se réaliser la finalisation de la relecture du Code des personnes et la famille, du Code de protection de l’enfant, du Code de procédure civil, des textes sur le statut des notaires et le déploiement de la chaine pénale dans les sites pilotes. Le ministre a dit compter sur l’engagement de tous pour faire de la justice le maillon fort de la construction démocratique au Burkina Faso.

Mahamadi SEBOGO
Fayçal GASSIMBE (Stagiaire)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.